webGuinée/Bibliotheèque
Ethnographie


Monique de Lestrange

Assistante au Musée de l'Homme, Paris

Les Coniagui et les Bassari (Guinée française)

Presses Universitaires de France. 1955. 83 pages.


Previous Home Next

Chapitre VII.
Evolution actuelle des Coniagui-Bassari

Il y a maintenant cinquante ans que des blancs occupent la région habitée par les Coniagui-Bassari. Quel est le bilan de ce demi-siècle d'administration française ? En dehors d'une influence certaine mais souvent difficile à mesurer, s'exerçant directement ou indirectement sur l'ensemble des coutumes, des rites et des croyances, quelques institutions sont particulièrement importantes : l'école, l'armée et le dispensaire.
Il existe chez les Coniagui-Bassari deux enseignements côte à côte : celui fourni par l'école officielle, laïque, à Youkounkoun en Guinée et à Ebarak chez les Bassari du Sénégal, et celui fourni par les écoles des missionnaires catholiques (Pères du Saint-Esprit établis dès avant la première guerre mondiale à Urus, à quelques kilomètres de Youkounkoun) à Urus pour les Coniagui et les Bassari et à Negare pour les Bassari 1. Laïque ou religieux, I'enseignement ne touche encore qu'un petit nombre d'enfants Coniagui et Bassari, environ 250 en 1949.
L'école officielle est mixte, comporte un internat et prépare les meilleurs de ses élèves au certificat d'études. A l'heure actuelle, le nombre de Coniagui et de Bassari arrivés à ce niveau est infime mais il est vraisemblablement destiné à s'accroître. A voir les quelques Coniagui et Bassari que nous avons connus dans ce cas il est certainement difficile de franchir sans trop de dommage psychologique ce qui sépare la civilisation Coniagui-Bassari de celle de l'Europe occidentale, dont s'inspire l'école officielle.
L'école des missionnaires a voulu d'abord préparer des Coniagui ou des Bassari catholiques et parlant français, plutôt que des fonctionnaires détribalisés. Il y a environ un millier de catholiques Coniagui ou Bassari (surtout Coniagui) ; les écoliers catholiques apprennent quelques rudiments de français, mais retournent ensuite pour la plupart mener dans leurs villages la vie paysanne traditionnelle de leurs ancêtres.
A côté de l'école, l'armée joue un rôle éducatif dans les sociétés Coniagui et Bassari. De nombreux jeunes hommes reviennent du service militaire ayant appris par exemple l'usage de la cuillère, du fer à repasser et surtout de la langue française (parfois de la langue anglaise: quelques Coniagui ont été enrôlés dans l'armée anglaise au cours de voyages en Gambie britannique).
Le dispensaire d'Assistance Médicale Indigène de Youkounkoun a été créé en 1938 pour servir de poste frontière de surveillance pour la fièvre jaune. Depuis cette date « les indigènes ont peu à peu pris l'habitude de venir se faire soigner au poste ou de recevoir la visite du médecin africain résident et même de médecins et d'infirmiers en tournée de prospection de trypanosomiase par exemple 2. La clientèle du poste comprend tous les Coniagui et tous les Bassari, puisque même ceux du Sénégal sont plus près de Youkounkoun que du poste médical de Kédougou dont ils dépendent administrativement. Coniagui et Bassari disposent donc à Youkounkoun de consultations de médecine générale, d'une hypnoserie et d'une maternité avec consultation de nourrissons, etc. 2. Les malades peuvent être hospitalisés et sont soignés par un médecin, une sage-femme et des infirmiers, tous africains. Ils se sont peu à peu habitués à venir se faire traiter, en particulier pour la trypanosomiase, les ulcères phagédéniques, le pian, la lèpre, la méningite cérébro-spinale, etc.

Quel avenir réserve aux Coniagui-Bassari l'actuelle évolution de l'Afrique ? C'est là une question à laquelle il est difficile de répondre. Souhaitons aux fiers Coniagui et Bassari de trouver, dans cette nouvelle Afrique, une place qui convienne à leur personnalité.

Notes
1. Depuis 1949, de nouvelles écoles ont pu être fondées, laïques ou confessionnelles.
2. M. de Lestrange, 1949.


[ Home | Etat | Pays | Société | Bibliothèque | IGRD | Search | BlogGuinée ]


Contact :info@webguinee.net
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2013 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.
Fulbright Scholar. Rockefeller Foundation Fellow. Internet Society Pioneer. Smithsonian Research Associate.