webGuinée
Régime d'Autonomie (Loi-Cadre)
Premières années d'Indépendance


B. Ameillon
La Guinée : Bilan d'une Indépendance

Paris, Maspéro, Coll. Cahiers libres, 1964. 205 pages


10. La portée du socialisme guinéen.

En fait, le programme guinéen reposait sur l'idée juste que le sous-développement était dû à la colonisation mais aussi sur la conclusion simpliste que la seule suppression des formes traditionnelles de la colonisation suffirait à assurer le développement, sans voir que cent ans de colonisation avaient peut-être sclérosé l'organisation économique.
Il reposait également sur la théorie erronée du montant nominal du revenu national. Il était couramment admis que le progrés économique se confondait automatiquement avec l'accroissement en valeur de la production nationale. Or cet accroissement peut être obtenu de deux manières, ou bien par développement de la production indigène traditionnelle ou bien par la création d' industries. L'effet monétaire n'en est pas le même : dans le premier cas, où le salaire nominal horaire est bas, la progression nominale est nécessairement lente, dans le deuxième cas, au contraire, avec des salaires nominaux élevés (même si, ce qui est le cas courant, ces salaires ne sont pas versés aux autochtones, le prix de vente est calculé sur leur base) la progression nominale est très rapide. La tendance naivement spontanée des économistes bourgeois de l'assistance technique étant de diviser le montant nominal de la production par le nombre d'habitants pour obtenir le revenu moyen individuel, ils en concluent facilement à la supériorité d'une méthode sur l'autre.
Or, cette assimilation faite entre le montant monétaire du revenu national et de la richesse nationale d'une part, et la richesse individuelle d'autre part, est peu conforme à la réalité.
Il est déjà hâtif d'incorporer automatiquement au revenu national, la production d'usines âppartenant, même en partie seulement, à des capitalistes étrangers. Cela l'est également de diviser arithmétiquement par le nombre d'habitants la valeur de la production d'industries, dont la plupart vivent sur le plan local en circuit fermé et travaillent surtout pour l'exportation, même si l'on chiffre les revenus indirects nés dans le pays de cette industrie.
Cela l'est plus encore de prendre toute transformation quantitativement volumineuse et techniquement moderne pour de l'industrialisation, alors qu'industrialiser un pays sous-développé devrait signifier incorporation de techniques productives à l'ensemble de l'économie sous-développée, notamment dans son secteur agricole, et devrait s'accompagner d'un réemploi plus productif des artisans et commerçants traditionnels privés de leur gagne-pain par l'implantation d'une usine concurrente.
Mais surtout, la libération économique d'un pays nouvellement indépendant qui veut se libérer d'industries coûteuses à entretenir et n'offrant d'intérêt que pour les marchés développés des anciennes métropoles, et qui entend élever le niveau de vie de masse qui consomme en priorité des produits estimés en salaire horaire bas, cette libération, compte tenu des différences de salaires horaires, peut et doit même passer par la diminution nominale du revenu national, diminution qui, loin de signifier une baisse de la production, traduit la transformation de la structure de la production, qui d'étrangére devient, en son sens le plus profond, nationale.
De plus, pas un seul instant n'avait été posé le probléme de la nature de l'Etat. Voyant dans toute étatisation quelle qu'elle fût, une panacée, Bettelheim se contentait d'un voeu pieux, exprimé dans l'article déjà cité des Cahiers Internationaux :

"Ces transformations doivent étre radicales, aussi, parce qu'il est indispensable que soient mises en place des structures qui, lorsque se développeront les forces productrices, ne donnent pas naissance à de nouvelles formes d'exploitation de l'homme par l'homme, soit sur la base du capital privé, soit sous la forme d'un capitalisme de type burenacratique.
Pour cela, il est indispensable que le secteur d'Etat et les coopératives s'épanouissent dans des conditions de démocratie reelle, afin d'éviter que le surplus formé grâce à l'activité productive du pays ne soit accaparé par quelques groupes privilégiés utilisant soit leur position de capitalistes privés, soit leur position dans l'appareil de l'Etat. L'expérience montre que ce dernier danger est loin d'ètre irréel et qu'il est indispensable de le prévoir pour étre en mesure de le prévenir."

Par là, Bettelheim rejoignait les conseils moralisants de René Dumont :

"Pour la réussir — la politique d'austérité— les dirigeants doivent donner l'exemple qui ne pourraient sans danger prendre trop les habitudes de vie de leurs prédécesseurs: autos modestes sans chauffeur, train de vie réduit, pas trop de domestiques distraits de la production, travail commençant de très bonne heure, et pour cela éviter de veiller tard le soir, réhabilitation de l'habit de travail, du prestige du travail manuel, par la participation périodique directe à ce travail des responsables politiques, à l'exemple des Chinois, me semblent étre parmi les principales conditions du succès."

Cependant de telles considérations, liant le socialisme à l'abstinence, ont autant de chance de succès que celles liant le capitalisme à la charité chrétienne. Les conditions objectives mondiales et africaines, par contre, pesant sur la vie interne guinéenne, influèrent sur le rapport de forces entre le secteur privé et le secteur d'Etat, en modifiant la nature de ce dernier. C'est dire que l'aspect socialiste de la poIitique guinéenne dépendait moins des volontés locales que des forces internationales qui s'exerçaient sur un petit Etat, placé, par les circonstances extérieures, à l'avant-garde du combat africain


[ Home | Etat | Pays | Société | Bibliothèque | IGRD | Search | BlogGuinée ]


Contact :info@webguinee.net
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2013 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.
Fulbright Scholar. Rockefeller Foundation Fellow. Internet Society Pioneer. Smithsonian Research Associate.