webGuinee - Bibliotheque - Histoire-Politique


André Lewin
Ahmed Sékou Touré (1922-1984).
Président de la Guinée de 1958 à 1984.


Annexe du chapitre 13
Extrait de la lettre de Michel Boussou Eba, secrétaire de la section de Cocody du PDCI/RDA

paru dans Le Nouveau Réveil le 13 mars 2007

[…] et mettant en cause très vivement, pour des motifs tenant à la politique ivoirienne actuelle, l'épouse d'Alphonse Boni, qui fut président à vie de la Cour suprême ivoirienne sous Houphouët-Boigny, mais qui fournit d'intéressants détails sur l'histoire des négociations entre l'UDSR et le RDA dans les années 50.

Entre nous … Boni Akissi Danièle, épouse Ciaverie et le CNRD

Boni Akissi, vous voulez vous aussi décoloniser la Cote d'Ivoire d'Houphouët-Boigny en l'an 2006, et en n'y chassant que les Français ! Mon Dieu, mais ils sont tous tombés sur la tête !
Votre père Boni Alphonse fut promotionnaire de François Mitterrand au College St Paul d'Angoulême en France. Puis il devint magistrat, magistrat de nationalité française ! et Mitterrand, avocat. Lorsque Mitterrand fut nommé Ministre de la France d'Outre-mer le 9 juillet 1950, dans le gouvernement du Président du Conseil René Pleven, il appela votre père Boni à son cabinet, en qualité de conseiller juridique.
Au mois de Février 1951, dans le cadre de l'inauguration du port du canal de Vridi, le Ministre Mitterrand effectua un voyage à Abidjan. Boni Alphonse était au nombre des colons français qui avaient accompagné le Ministre de la France d'Outre-mer. L'étiquette de “communiste” d'abord, puis de “rebelle décolonisateur” que la France avait collée sur le front et sur le dos d'Houphouet-Boigny, avait fait de lui le diable à abattre, surtout après la répression sanglante de Dimbokro. La Côte-d'Ivoire “rebelle” était reléguée à la condition de ghetto interdite de contact avec les autres colonies, mais urtout avec la France. Houphouet-Boigny cherchait donc un avocat, un entremetteur pour plaider le dossier de la Côte-d'Ivoire “rebelle” auprès des gouvernements successifs français qui rejetaient tous, et avec perte et fracas, sa main tendue. Point d'avocat ! et cependant Boni Alphonse était là, au cabinet du Ministre Mitterrand. Qui était mieux placé que lui pour prendre la main d'Houphouet-Boigny et l'introduire auprès du Ministre français des colonies ? Aider, introduire Houphouet-Boigny la “peste” auprès d'un des dignitaires de la IVème République, afin qu'il s'expliquât, parce qu'il ne voulait que cela à prime abord, parce qu'il ne comprenait pas que la France, nation civilisatrice des nations, le condamnât sans l'avoir entendu ! Il voulait s'expliquer sur les nombreux événements sanglants du 1er semestre de l'année 1950 qui aux yeux du Colon, justifiaient le mandat d'arrêt lancé contre lui. Boni Alphonse pouvait donc saisir sa main tendue ! Au lieu de quoi, il a préféré être du côté de forces d'occupation qui tiraient à balles réelles sur le RDA patriote ; il a préféré être du côté du Colon exploiteur de nos richesses, plutôt que d'élever la voix et dénoncer la souveraineté confisquée de la Côte-d'Ivoire ! Boni Akissi, voyez vous, si votre père avait tenu la main d'Houphouet-Boigny, il aurait été très tôt (1950) le décolonisateur de la Côte-d'Ivoire, longtemps avant la Guinée d'Ahmed Sékou Touré (que vous glorifiez tant), et il n'aurait pas été nécessaire aujourd'hui que vous vous donniez cette peine-là . Tous les lauriers lui auraient été alors revenus. Vous n'avez pas vu et ne voyez toujours pas qu'Houphouet-Boigny était seul, et poursuivi de toutes parts ! (…) Puis Raphaël Saller vint ! Saller, Français comme votre père, ex-Gouverneur de la France d'Outre-mer, Ex-Gouverneur de Guinée. Il avait lui, compris Houphouet-Boigny et s'était incontinent posé en avocat du RDA “rebelle”. Grâce à lui et par l'entremise de SIRIEX [conseiller pour les questions d'Outre-mer au cabinet du Président Pleven] Pleven reçut Houphouet-Boigny [1ère quinzaine de septembre] ; 45 minutes d'entretien ! C'est historique ! Comme il partait immédiatement après aux USA, le Président Pleven instruisit son Ministre des colonies François Mitterrand, de résoudre le cas du “communiste-décolonisateur” Houphouet-Boigny. Ce fut ce que fit le Ministre Mitterrand en se rendant à Abidjan.


[ Home | Etat | Pays | Société | Bibliothèque | IGRD | Search | BlogGuinée ]


Contact :info@webguinee.net
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2013 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.
Fulbright Scholar. Rockefeller Foundation Fellow. Internet Society Pioneer. Smithsonian Research Associate.