Muhammadu Buhari Defeats Goodluck Jonathan

Muhammadu Buhari & Goodluck Jonathan
Muhammadu Buhari and Goodluck Jonathan

With anger swelling over corruption, inequality and a devastating Islamist insurgency in the nation’s north, Nigerians chose a former general who once ruled with an iron hand to be their next president, according to election results on Tuesday.

The election was the most competitive presidential race ever in Nigeria, one of the largest democracies in the world. Now, if power is handed over peacefully, it will be a major shift for the nation — the first transfer of power between civilians of different parties in a country that has spent much of its post-colonial history roiled by military coups.

With all but one of Nigeria’s 36 states counted, the former military ruler, Muhammadu Buhari, held a lead of more than two million votes over President Goodluck Jonathan.

The remaining state is in the north, where Mr. Buhari enjoys broad support and the government has been widely condemned for allowing the Boko Haram militant group to sweep through villages and towns, killing thousands of civilians.

Since the end of military rule in 1999, Nigeria has been governed by a single, dominant party — Mr. Jonathan’s Peoples Democratic Party.

But on Tuesday, Mr. Buhari’s campaign said it was confident that it had won the election. Still, it warned that the results could be manipulated.

“We knew that we had the numbers last night, but dealing with the type of government we have, we have never really felt we are out of the woods,” said Garba Shehu, a campaign spokesman for Mr. Buhari’s party, the All Progressives Congress. “Clearly we have won it. We are going to the party headquarters now and the presidential candidate will declare victory.”

Many analysts have long said that a victory for Mr. Buhari would be more of a repudiation of the current president than a celebration of Mr. Buhari’s past leadership.

On Mr. Jonathan’s watch, Nigeria has been pummeled by Boko Haram, its economic fortunes have plunged with falling oil prices, economic inequality is rampant and corruption scandals have buffeted the president’s image.

Mr. Buhari swept critical competitive states in the country’s southwest. A belated convert to democracy, Mr. Buhari also piled up large vote totals, as expected, in his northern stronghold, crushing the incumbent here in Kano, Nigeria’s second-largest city.

Analysts said that the election could mean the beginning of a competitive two-party system in a country often seen as a bellwether on the continent.

“It is very significant in our democratic growth, in grounding democracy and consolidating it,” said Ebere Onwudiwe, a political scientist with the Ken Nnamani Center for Leadership and Development. “We can’t have a one-party democracy. We’re setting a very great example for the rest of the smaller states in Africa.”

Warnings on Monday from Britain and the United States suggested that the government might try to exert some influence over the election result.

“So far, we have seen no evidence of systemic manipulation of the process,” Secretary of State John Kerry and the British foreign minister, Philip Hammond, said in a joint statement. “But there are disturbing indications that the collation process — where the votes are finally counted — may be subject to deliberate political interference.”

Continue reading the main storyContinue reading the main storyContinue reading the main story
A diplomat later explained that “credible reports” had been received “that the army has been asked to go to collation centers around Nigeria” in order “to intimidate” and that the request had come “from the ruling party and the presidency.”

The diplomat, speaking on the condition of anonymity to discuss a delicate matter, added, “We understood that the request had been made, and we were afraid it might happen. It may have happened.”

A spokesman for Mr. Jonathan later denied any such interference, and the results indicated a solid tally in the challenger’s favor.

But military intervention had occurred at least once in the election, when the country’s top security officers, who serve at the pleasure of Mr. Jonathan, forced the electoral commission to delay the vote for six weeks.

Those extra six weeks of campaigning and spending gave the incumbent — with far more financial resources than Mr. Buhari — a significant advantage, according to analysts.

It also allowed a last-minute offensive against the Islamist extremist group Boko Haram, with the deployment of South African mercenaries against the extremists. The offensive reclaimed — for now, at least — much of the territory Boko Haram had held in the northeast.

The reclamation occurred with military help from neighboring countries. The Nigerian military has claimed the credit for the offensive, however, and a crucial question for the election’s immediate aftermath has been whether security forces would allow power to pass peacefully to Mr. Buhari.

Analysts said that Mr. Buhari made a strong showing in states in the south and southwest.

“Those are fault-line states,” said Darren Kew, a Nigeria expert at the University of Massachusetts at Boston who is observing the election. “The P.D.P.” — Mr. Jonathan’s party — “had a good machine on the ground there” that nonetheless failed to deliver for the president.

Mr. Buhari’s supporters appear to have been more strongly motivated than those of a president whose reputation has suffered from repeated corruption scandals in his government, as well as the mishandling of the Boko Haram insurgency.

In New York, a senior United Nations official told the Security Council on Monday that Boko Haram had killed more than 7,300 civilians in three states in northern Nigeria since the beginning of 2014.

The official, Kyung-wha Kang, the deputy emergency relief coordinator, said 1.5 million people had been displaced in Nigeria and neighboring countries, making the insurgency one of the most pressing humanitarian crises in the world.

Here in Kano — where Mr. Buhari led in the city and surrounding state by nearly 1.7 million votes — enthusiasm for the former general was “very, very high,” said Abubakar Jika Jiddere, a political scientist.

Indeed, polling places were packed on Saturday. On Monday, the city’s normally teeming streets were emptied of vehicles and pedestrians as residents awaited the results. This city has been repeatedly attacked by Boko Haram.

Adam Nossiter
The New York Times

Une citation manipulatrice de Sidiki Kobélé Keita

J‘ai récemment reçu d’Harmattan-France ma double commande du dernier livre de Nadine Bari. Il est intitulé L’Accusé. Sékou Touré devant le TPI. Paris. Editions L’Harmattan, 2014. 190 p. Il est disponible en version imprimée (19 €) et en version eBook (13,99 €).

Après réception des deux copies, j’ai commencé la publication de la version Web, qui comporte les liens requis et les images appropriées, contribuant ainsi à  contextualiser davantage ce travail de fiction sur la dictature de Sékou Touré et son Camp Boiro.

La page Citations reproduit un passage attribué à Sidiki Kobélé Keita. On y lit :

« On ne peut pas corriger l’histoire d’un pays, les faits sont têtus. Une plaie masquée n’est pas une plaie guérie. Pour avoir toujours masqué la nôtre, celle-ci a fini par se gangrener. »
Sidiki Kobélé Keita

Le contexte de ces citations manque. Cela est peut-être normal pour la plupart des auteurs mentionnés. Cependant la dernière note fait exception du fait même de sa source. En conséquence, ma réaction à l’opinion de M. Keita est la suivante :

Tel quel, le passage donne une impression d’objectivité. En réalité, la citation déguise l’intention manipulatrice de son auteur. Celle-ci se révèle dans toute son ampleur et sa nocivité à la lecture des livres de M. Keita. C’est donc tout le contraire qui se passe. Et Sidiki Kobélé Keita fait l’opposé de ce qu’il prêche ici.

Lire Point de vue caduc et falsificateur :
Première partie et Deuxième partie

On sait notamment qu’il tente maladroitement et vainement depuis des décennies de réécrire l’histoire coloniale et post-coloniale de la Guinée à la gloire de son idole, Sékou Touré. Au mépris et en violation des principes, concepts et méthode de la discipline historique, dont il se réclame, mais que nombre d’intellectuels lui dénient.

Car tous les chercheurs qui l’ont approché, ont déploré la superficialité, la subjectivité, le ton militant et le langage polémique de ses ouvrages : Jean-Suret Canale, Djibril Tamsir Niane, Ibrahima Baba Kaké, André Lewin, etc.

En 2003, Aminata Barry, fille de Diawadou Barry, intenta un procès en diffamation contre Sidiki Kobélé Keita. Les séances du Tribunal de Première Instance de Conakry furent houleuses et révélatrices de l’approche non-orthodoxe de Kobélé, du ton agressif et dérogatoire de son style, ainsi que du contenu partisan de ses écrits, qui se cantonnent générement dans l’historiographie et la biographie politiquement biaisées, et les attaques ad hominem. Autrement dit,  au lieu de chercher à décortiquer le texte  et à réfuter le message des adversaires politiques du PDG, M. Keita préfère s’en prendre aux messagers, dont il met en cause la moralité, et qu’il accuse — en termes irrévérencieux, indécents et inacceptables— des tous les péchés capitaux de Guinée.

N’eût-été l’immixion directe, illégale et dictatoriale de Lansana Contéqui ordonna la suspension sine die de la phase finale du procès—, le magistrat s’apprêtait à rendre un verdict favorable à la plaignante, et négatif pour Kobélé, qui frôla une forte amende et peut-être la prison…

Les dossiers, je l’espère, dorment toujours cependant dans les archives du système judiciaire guinéen.

Toutefois, je ne perd pas un seul instant de vue que, bien qu’elle soit — constitutionnellement et théoriquement — co-égale et paritaire de l’Exécutif et du Législatif, cette branche du pouvoir d’Etat a, depuis 1959, sombré dans l’anarchie. Vidée de sa raison d’exister, elle est devenue dysfonctionnelle, corrompue et soumise aux caprices et diktats du président de la république, sans exception, du premier (Sékou Touré) à l’actuel (Alpha Condé).

Tierno S. Bah

Dr. Alpha Taran Diallo. Martyr de Sékou Touré

Docteur Alpha Taran Diallo (1922-1971). Fusillé le 18 octobre 1971
Docteur Alpha Taran Diallo (1922-1971). Fusillé le 18 octobre 1971

Chirurgien, médecin-généraliste, professeur et doyen de la faculté de médecine, Docteur Mamadou Alpha Taran Diallo est né un lundi de l’année 1922 à Tarambali, sous-préfecture de Sannou, Préfecture de Labé. Il porte le nom de son arrière-grand père paternel, Mamadou Alpha Taran, connu sous le diminutif «  Maama Alpha  » .

En 1971, il fut accusé sans preuves de complicité avec l’attaque du commando portugais et ses alliés guinéens  le 22 novembre 1970.  Enlevé nuitamment à son domicile, il fut emprisonné, torturé et forcé par Ismael Touré de signer le document l’inculpant au Camp Boiro. Il fut fusillé dans la nuit du 17 au 18 octobre 1971.

Torture et  interrogatoire de Dr. Taran

Il y eut des moments tragiques. Tel fut l’interrogatoire de Diallo Alpha Taran. J’avais été révolté en apprenant son arrestation. De tous les cadres politiques que je connaissais en Guinée, il était le plus convaincu. Entièrement dégagé de toute contingence matérielle, il ignorait superbement l’argent et, cas rarissime, se désintéressait totalement du beau sexe… Il ne vivait que pour la révolution, Marxiste-léniniste,  il était soupçonné d’avoir, autrefois, appartenu au PCF mais n’en parlait jamais. Tout le passé était effacé à ses yeux. Seul demeurait le PDG.
Haut fonctionnaire, puis ministre, il n’avait à se reprocher aucune action douteuse. Il n’avait pas particulièrement brillé. C’était dû à la médiocrité générale, peut-être aussi à ses scrupules de ne rien modifier aux consignes reçues.
Alpha Taran était accusé d’appartenance  au Front et à tous les réseaux possibles. Sa seule réponse à toutes les questions en était une et toujours la même: « Pourquoi? ».
Il était trop intelligent pour n’avoir pas compris qu’il était sacrifié à la  raison d’Etat mais s’obstinait à chercher ce que son élimination pouvait apporter au Parti.
— Expliquez-moi les avantages ce que le PDG tirera de ma disparition et je serai d’accord sur tout. Nous sommes si peu nombreux à croire au socialisme. Si l’épuration nous touche, ce sont les cadres bourgeois qui en seront renforcés.
Il n’en sortait pas. Personne ne put le faire fléchir. Depuis trop longtemps, il accordait sa vie matérielle à ses convictions politiques, il ne voulait accomplir aucun acte qu’il ne jugerait pas conforme à la ligne.
Il alla donc à la cabine technique, en toute sérénité.
Il ne croyait pas à l’existence de telles pratiques. Inventions de bourgeois pour déconsidérer le prolétariat vainqueur ! La torture, tout le monde le savait, était affaire de fascistes: Gestapo. PIDE. Police politique espagnole. OAS.
Jamais un parti socialiste au pouvoir n’utiliserait de tels moyens! Taran partit donc, l’âme en paix.
Il était de constitution extrêmement faible et très peu préparé à la douleur. Quelques minutes seulement s’écoulèrent avant qu’on vienne prévenir Ismaël de sa capitulation.
De retour à la commission il put échanger quelques mots avec nous sans que le ministre parut y prêter attention.
— C’est cela que vous vouliez me faire comprendre?
— Oui, lui répondit Kassory. Nous savions que tu ne pourrais pas tenir.
— Non, je ne crois pas avoir peur de la mort mais cette douleur, pour rien, je ne l’ai pas supportée. Etre dénudé devant ces gardes qui se foutaient de moi, comme un chien, non, je n’ai pas pu.
Il accepta donc ce qu’Ismaël lui imposa. Son visage reflétait son désespoir quand il comprit qu’il allait s’accuser d’être un agent de l’impérialisme.
J’essayai de l’aider :
— Camarade ministre, tout le monde connaît sa vie. Ses opinions sur les puissances occidentales sont affirmées. Sa vie matérielle est si dépouillée qu’il sera très difficile de faire admettre qu’il ait été agent secret. Ne pourrait-on pas, dans son cas, parler uniquement d’appartenance au Front?
Il aurait alors agi par idéal gauchiste. Ce serait plus plausible.
Ismaël ne répondit pas sur-le-champ mais le fit emmener dans une autre pièce et resta seul avec nous.
— Je crois que vous avez très mal compris certains aspects de nos problèmes. Il n’y a aucune impossibilité liée à des aspects matériels ou moraux de votre vie. Toi, Alata, tu as perdu ta nationalité pour devenir Guinéen ? N’as-tu pas reconnu appartenir aux Services français ? Toi, Kassory, n’es-tu pas l’intime du président depuis trente ans ? N’as-tu pas avoué avoir voulu sa mort ? Les positions officielles de Diallo Taran ne l’empêchent pas d’être un agent de l’Occident. Ceci étant réglé, passons à un autre aspect de la question. Il ne peut y avoir de déviationnisme de gauche. C’est le Parti qui mène la politique la plus progressiste, adaptée aux réalités du pays. Le comité révolutionnaire ne laissera pas s’accréditer la légende que certaines éliminations ont eu lieu parce que les coupables reprochaient aux dirigeants de trahir la Révolution. Tous les détenus ont trahi. Tous, vous avez trahi pour de l’argent, pas par idéal.
Il laissa passer quelques minutes, nous regarda dans les yeux, puis demanda:
— Est-ce clair?
Alpha Taran fut ramené et Ismaël lui fit admettre son point de vue. Ce fut très dur :
— Est-ce que cela servira la Révolution de dire que j’ai trahi pour de l’argent?
Kassory avança :
— Tout ce qui maintient l’unité d’un mouvement le sert. Nous avons été sacrifiés. Il faut que notre disparition soit utile. Si nous laissons planer un doute, que d’autres puissent exploiter, notamment sur la légitimité de l’action politique du PDG et sur sa pureté révolutionnaire, notre effacement
servira nos adversaires.
— Mais c’est purement du chantage, protesta Alpha.
Dans sa tenue pénitentiaire, le malheureux avait pauvre allure. Maigre, chétif, les épaules en avant, le torse creusé, Les yeux, privés de lunettes lui dévoraient le visage, Ses cheveux avaient grisonné en l’espace de quelques jours.
— Si encore, tu pouvais tenir le coup, lui dis-je, mais tu sais bien que tu n’y arriveras pas.
Taran était asthmatique et les longues journées passées dans l’atmosphère confinée des cellules étaient un cauchemar pour cet homme qui se sentait s’affaiblir d’heure en heure
Il accepta donc tout ce qu’on exigea de lui, pleurait de honte en signant sa déclaration. Lui dont l’intégrité morale et matérielle était reconnue par tous, il affirmait avoir reçu des milliers de dollars sur des comptes tenus à Genève !
Source: Jean-Paul Alata. Prison d’Afrique

« Oui, c’est exact. C’est ce qui m’a été dit lorsque j’assistais avec Kassori à une commission pour le compte du docteur Diallo Alpha Taran, qui est pour moi un des rares communistes sincères qui étaient en Guinée, qui a été très propre, qui a eu une vie privée remarquablement propre. On ne peut lui reprocher aucune question d’argent, aucune question de femme, rien : c’était un homme qui croyait vraiment à sa mission. Et là, quand nous l’avons vu, Kassori et moi, effondré — il avait signé les aveux puisqu’il était passé à la torture — il nous a dit : « Bon, vous voulez m’aider. Je veux bien accepter votre aide. Alors aidez-moi à leur faire dire que ce n’est pas possible : je ne peux tout de même être un agent de la CIA, moi. Tout le monde me connaît. Tout le monde sait très bien que je ne peux pas supporter les… l’impérialisme, ni rien du tout… » C’est là qu’Ismaël m’a effectivement dit : « Vous n’y comprenez rien du tout : il n’y a pas d’agents de gauche. Il n’y a pas de déviation de gauche. Vous êtes tous des traîtres pour de l’argent. Le seul parti qui est à gauche est notre parti. Un point. Un trait. Vous autres, vous avez trahi, et pour de l’argent. Ne me parlez pas de trahison pour l’esprit, de trahison par spiritualisme ou par volonté idéologique. Vous avez trahi pour de l’argent. Et c’est pour ça — et c’est là qu’il m’a expliqué — c’est pour ça que nous exigeons que vous le reconnaissiez tous comme premier point… La torture, c’est uniquement pour que vous disiez : « J’ai touché de l’argent. » Une fois que vous avez dit ça, on se fout pas mal du reste. »
Source Jean-Paul Alata. Interview avec Anne Blancard, RFI.

Témoignage d’Adolf Marx

« Jean-Paul Alata m’a raconté l’interrogatoire tragique du ministre Diallo Alpha Taran, cet homme incorruptible au train de vie modeste. Il a été accusé d’avoir travaillé comme agent de la République Fédérale, ce à quoi il a répondu :
— Pourquoi aurais-je fait cela ? A quoi cela servira-t-il au Parti de me supprimer ? Dites-moi quels sont les avantages que le Parti tirera de ma disparition et j’accepterai tout. Si l’épuration nous supprime tous, les cadres bourgeois en seront indirectement renforcés.
Il n’a pas perdu son sang-froid quand on l’a conduit à la chambre de torture, persuadé qu’il était que ses propres compatriotes n’emploieraient pas de méthodes aussi barbares. La torture, cela n’existe que chez les fascistes, tout le monde le sait. Un parti socialiste n’emploiera jamais de telles méthodes…
Taran est de constitution fragile et la douleur l’a fait capituler au bout de quelques minutes. Il nous dira plus tard :
— Je ne crois pas avoir eu peur de la mort, mais je n’ai vraiment pas pu supporter la douleur. Et le fait d’être nu devant les gardiens et de me faire traiter comme un chien, non vraiment, cela a été trop pour moi.
Cet homme honnête était absolument accablé : on l’obligeait à reconnaître qu’il avait été un agent de l’impérialisme. Une telle auto-accusation pouvait-elle vraiement servir la Révolution ? Ses tortionnaires lui ont alors démontré que tout ce qui permet de maintenir “l’unité” d’un mouvement en sert la cause. On raconte que Taran a pleuré de honte en signant sa déposition. Lui, dont l’entourage n’avait jamais mis l’intégrité en cause, a dû admettre que des services secrets étrangers lui avaient versé des milliers de dollars sur le compte d’une banque suisse.
Source: Adolf Marx. Maudits soient ceux qui nous oublient

Témoignage d’une mère

Un mois plus tard, le plâtre enlevé, la petite boite affreusement. Le Soviétique dit que c’est normal mais qu’il veut la réopérer. Or, cet homme ne m’inspire aucune confiance. Lorsque mes amies infirmières, Colette Camara et Lilou Kaba, arrivent à l’hôpital, nous roulons Nènè dans un drap et l’enlevons tout tranquillement de l’établissement. Nous fonçons dans le deuxième hôpital de la ville, à Donka. Le chirurgien guinéen très réputé Dr Alpha Taran pose son diagnostic : rien du tout au fémur, mais par contre une fracture de la cuisse ! Il recasse la cuisse qui s’était soudée depuis un mois et place une longue broche métallique (qu’on ne lui enlèvera qu’au retour d’Alfa). La petite ne boitera plus jamais, merci Dr Taran !
Source: Nuria Mares i Vidal. La Gambina. Une vie Nord-Sud

Gratitude d’un fils

En 1966, en faisant le bilan médical de ma mère, Dr. Taran décela une formation anormale au sein gauche. L’analyse mammographique  indiqua une tumeur bénigne. Il procéda à l’intervention chirurgicale et fit l’ablation de l’excroissance. Hadja Kadidiatou se remit vite de l’opération.… Grande fut sa peine lorsqu’elle apprit la disparition de Dr. Taran.

Repose en paix, Kotoo
Tierno S. Bah

Notice biographique

Ecole Coranique

Le  premier maître d’école coranqiue de Mamadou Alpha Taran fut Alpha Madiou du village de Donghol Seeleyaɓe qui est son oncle paternel (frère cadet de son père).
Victime de trypanosomiase, il fut traité par Docteur Morel.
Après Donghol Seeleyaɓe, son père l’a envoyé à Kaalan, village situé à 15 km de Taran pour poursuivre la formation coranique auprès de Thierno Amadou Kaalan. Il fut un élève intelligent, discipliné et sage. Il était le seul élève qui apprenait et maîtrisait rapidement deux sourates du Coran à la fois. Son maître, qui l’aimait beaucoup, l’éduqua jusqu’ à l’âge de 14 ans. Il compléta son éducation islamique par:

  • L’étude avancée du Coran
  • Le commentaire approfondi d’ouvrages fondamentaux:
    • Al-Risaala
    • Adjuruna
    • Al-Maghaama
  • L’exercice du Muhiibi

Camarades d’âge

  • Thierno Moustapha Diallo (son frère de même père)
  • Thierno Aliou Leysaare ( actuel Imam de Taran)
  • Alpha Amadou Donghol Houssouneyaɓe
  • Mahmoudou Seele (Ley-Yaali Seeleyaɓe)
  • Mamadou Saliou Bah (Ɓaawo-bowel) Yaali
  • Thierno Abdoullaye Boobo Doŋol Seeleyaɓe
  • Thierno Ousmane Tela Doŋol Seeleyaɓe

Camarades d’école

  • Alpha Amadou Doŋol Houssouneyaɓe
  • Mahmoudou Seele (Ley-Yaali Seeleyaɓe)
  • Mamadou Saliou Bah (Ɓaawo-Bowel) Yaali
  • Mamadou Dian Bah (Hamdallaye, Sannou)
  • Mamadou Saliou Bah (Koondel, Sannou)
  • Mamadou Falilou Daka Diallo (Sannou)

Ses rapports avec ses parents et la parenté (grands-parents, oncles, tantes, cousins etc. ont été toujours très bons. Il participait aux activités familiales de production: surveillance des boeufs et petits ruminants, labours, clôture des champs, des tapades et concessions

Personnes ayant marqué sa personnalité

Son père, sa mère et son oncle Thierno Boobo «  Lekkol  » qui représentait le chef du canton de Koubia auprès du commandant du Cercle de Labé (Guinée française) et qui était son tuteur à Labé durant ses études

Adolescence

Groupe d’âges  (yirde): il avait son groupe d’âges qui menaient des activités productives : clôture des champs, des tapades /concessions, couverture de cases.
Etudiant il revint  régulièrement en vacances au village. Une  fois, il trouva que sa mère était partie chercher de l’eau dans un marigot situé à 2 km. Il dit : cette fois on va aménager un puits dans notre concession avant mon départ pour soulager ma mère. Et ce qui fût fait ; ce fut le premier puits du village et des environs.
Le vacancier entreprit aussi des campagnes d’information et de sensibilisation des habitants sur l’importance de maintenir la proprété des lieux publics, des habitations, des points d’eau, des objets et des aliments.

[Sur l’ethnographie historique de Tarambaali lire Pierre Cantrelle & Marguerite Dupire dans leur excellente monographie intitulée “L’Endogamie des Peuls du Fouta-Djallon.” Recherches africaines. nos. 1-2-3-4, p. 69-98. 1964. Conakry.]

Ecole française

Inscription en 1936 à l’école primaire de Sannou ; membre de la 1ère promotion de cette école.
Ecoles fréquentées jusqu’au CEPE : Sannou et Labé

Ses maîtres furent :
A Sannou :

  • M. Aboubacar Doukouré
  • M. Raytou
  • M. Saikou Baldé (fils de Tierno Aliou Ɓuuɓa-Ndiyan de Labé)

A Labé : Mr Hervé

L’élève Alpha Taran fut souvent le premier de sa classe, il recevait beaucoup de cadeaux tels ques  les bons de rationnement (en pain, savon, sucre en poudre) et des livres.

Scolarité

  • 1941: admis à l’Ecole Primaire Supérieure de Conakry, où il se rendit avec les bénédictions des parents.
  • 1945-1948 : études à l’Ecole Willian Ponty (Sénégal)
  • 1948-1952: Etudiant à l’Ecole de médecine de Dakar
  • 1952-1953: service militaire
  • 1954-1957: Ecole de Médicine de Bordeaux, France.
    Source : La Nouvelle Presse de Guinée, 11 Septembre 2002, article- témoignages de Dr Bah Mamadou Kaba sur la formation et la vie professionnelle de Dr Alpha Taran.

Mariage

Son mariage avec Mlle. Kadidiatou Sow — fille de Alfa Mamadou Oury, précédemment chef du canton de Sannou — fut célébré en 1959. Les cérémonies religieuses se sont déroulées à Donghol Seeleyaɓe (village d’origine de ses parents) et les cérémonies civiles à Labé-ville.

Mme. Taran Diallo née Kadidiatou Sow
Mme. Taran Diallo née Kadidiatou Sow

Note : Ces informations ont été fournies en langue Pular par Thierno Younoussa Taran Diallo, frère cadet de Dr Alpha Taran. Elles ont été recueillies et traduites en langue française par Mamadou Moudjitaba Diallo, neveu de feu Dr Alpha Taran suivant le questionnaire préparé par Mr Tierno Siradiou Bah. Elles peuvent être complétées par toute personne de bonne volonté ayant connu Dr Alpha Taran durant son enfance, sa formation et sa vie professionnelle. A cet titre nous saluons respectueusement Dr Bah Kaba Mamadou pour son témoignage éloquent publié dans le journal cité plus haut.

Diallo Mamadou Alpha Taran
Diallo Mamadou Alpha Taran

Dr. Taran au Camp Boiro, quelque mois avant son exécution sur ordre de Sékou Touré

MSF. Pushed to the Limit and Beyond

 

Download (PDF, 8.94MB)

 The slow international response to the West Africa Ebola outbreak created an avoidable tragedy that cost thousands of lives, a leading medical charity said on the one year anniversary of the first confirmed case.

The world’s worst Ebola epidemic has killed over 10,200 people in the three most affected countries of Guinea, Liberia and Sierra Leone since March 2014 when it was first confirmed in the forest region of Guinea.

Médecins Sans Frontières (MSF), which first raised the alarm over Ebola, said in a report that everyone from national governments to the World Health Organization (WHO) had created bottlenecks that prevented the epidemic being quickly snuffed out.

“The Ebola outbreak has often been described as a perfect storm: a cross-border epidemic in countries with weak public health systems that had never seen Ebola before,” Christopher Stokes, MSF’s general director, said in the report.

“Yet this is too convenient an explanation. For the Ebola outbreak to spiral this far out of control required many institutions to fail. And they did, with tragic and avoidable consequences.”

In a scathing report titled “Pushed to the limit and beyond”, MSF said its warnings in June that the epidemic was out of control and that it could not respond on its own were dismissed as alarmist.

Guinea and Sierra Leone downplayed the epidemic and accused MSF of spreading fear and panic. In June, the Sierra Leone government told the WHO to report only lab-confirmed deaths – falsely reducing the death toll, the report said.

Kenema hospital in the southeast, where some of the first cases were reported in Sierra Leone, also withheld crucial epidemiological data preventing MSF from identifying affected villages and responding, the report said.

“The Ministry of Health and the partners of Kenema hospital refused to share data or lists of contacts with us, so we were working in the dark while cases kept coming in,” MSF’s emergency coordinator in Sierra Leone, Anja Wolz, said in the report.

The governments of Guinea and Sierra Leone were contacted about the report by the Thomson Reuters Foundation, but did not comment.

Liberia was transparent and asked for help almost on a daily basis. MSF, which reported this to the WHO in June, said the outbreak could have been halted if immediate action was taken, but these warnings were again ignored.

Crying Wolf

Isabelle Nuttall, director of the WHO’s Global Alert and Responses Network told the Thomson Reuters Foundation at the height of the outbreak in September the WHO had been accused of crying wolf in the past.

In 2009, the WHO declared swine flu (H1N1) as a public health emergency of international concern (PHEIC), prompting governments to stock up on swine flu vaccines. The pandemic was not as severe as predicted and cost governments hundreds of millions of dollars in unused medicine.

Margaret Harris, WHO’s Ebola spokesperson in Geneva said that only after infected Liberian Patrick Sawyer travelled by air to Nigeria in late July could the WHO consider Ebola as a PHEIC. The announcement came on Aug. 8, prompting a global response.

However, by then the pandemic had spiralled out of control, MSF said. The agency branded the response a “global coalition for inaction” and said by the end of August, it had to turn away patients in Liberia leaving many to die in their homes or on the streets.

“We had to make horrendous decisions about who we could let into the centre,” said MSF coordinator Rosa Crestani, who worked at the organization’s Ebola centre in Monrovia, which could only be opened for 30 minutes a day because of the demand for beds.

“We could only offer very basic palliative care and there were so many patients and so few staff that the staff had on average only one minute per patient. It was an indescribable horror.”

Internal differences also prevented MSF from working together and deploying faster, resulting in just one of MSF’s five operation units taking on the bulk of the response, Brice de la Vigne, head of operations for MSF Belgium, said in a telephone interview.

The number of Ebola cases dropped dramatically between November and January in Sierra Leone, Liberia and Guinea. The presidents of all three countries announced a target to reach zero Ebola by mid-April.

However, Guinea recently reported a doubling of cases in a month, Sierra Leone has a whole neighbourhood under quarantine and Liberia announced on Friday its first new case 16 days after its last Ebola patient was released.

The Ebola outbreak is not over until there are zero cases in the region for 42 days, said MSF.

Misha Hussain, Emma Batha
Thomson Reuters Foundation

Donka, radioscopie d’un hôpital africain

Réalisé bien avant l’epidémie Ebola, ce film est plus d’actualité que jamais. Il met le doigt et fixe l’oeil sur la faillite du système de santé en Guinée post-coloniale. — T.S. Bah

Donka, un film documentaire de Thierry Michel (1996, 2013)

La vie au quotidien à l’hôpital Donka, le plus grand centre hospitalier  Conakry.
Durant 6 semaines, le réalisateur a suivi d’étage en étage, de service en service quelques malades et leur famille, des médecins, des infirmiers. Les portraits s’alternent dans une chronique de vie faite de tragique et d’espoir, où chacun essaie de s’en tirer “coûte que coûte”.
Dans cet hôpital du dernier recours, les familles espèrent sauver leur enfant, leur parent. Mais sans argent, pas de médicament, et peu de chance de survie.
Le film interroge l’état des structures hospitalières africaines et témoigne de la lutte de médecins décidés à relever le défi de la santé publique dans l’Afrique d’aujourd’hui.

Previous Image
Next Image

info heading

info content

Les Films de la Passerelle

Fondés en 1984, les Films de la Passerelle se sont rapidement orientés vers la création documentaire de films engagés dans des problématiques

  • sociales (univers carcéral, respect des droits du travailleur, sidérurgie, Gender)
  • humanitaires (intervention en Somalie, hôpitaux africains)
  • politiques (dictature au Zaire, en Iran).

Une volonté d’intervenir sur les consciences avec une réflexion permanente sur les rapports Nord/Sud :

  • Gosses de rue et favellas au Brésil
  • Colons au Zaïre (actuelle RDC)
  • musique reggae en Afrique de l’Ouest, etc …

Ses productions sont généralement financées par des partenaires européens.

En 1996, les Films de la Passerelle ont reçu le prix du meilleur producteur de l’Union Européenne pour la production du film “Donka, radioscopie d’un hôpital africain”.

La plupart de ces films ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals de renommée internationale et diffusés par les télévisions des cinq continents.

Convaincue de l’importance de la culture dans la recherche du développement humain durable et travaillant beaucoup en réseau, la société met également son expertise au service de cinéastes du Nord et du Sud, s’inscrivant ainsi dans une perspective de valorisation des cultures du monde.

En déclinant son action aussi sur le terrain de la formation professionnelle, de la distribution audiovisuelle, de l’édition (Livres et DVD) et de la circulation d’artistes, la structure souhaite participer aux nécessaires développements de l’économie culturelle et s’inscrire à long terme dans une politique de dialogue permanent des cultures.

Christine Pireaux, productrice, Les films de la passerelle
Christine Pireaux, productrice, Les films de la passerelle

Thierry Michel, cinéaste, Les films de la passerelle
Thierry Michel, cinéaste, Les films de la passerelle

Thierry Michel est un réalisateur Belge de cinéma. Il est essentiellement un cinéaste de documentaires politiques et sociaux. Basé  à Liège, il travaille en collaboration avec Christine Pireaux, productrice, dans le cadre des activités de la société cinématographique Les films de la passerelle.

 

Portail d'entrée de l'Hopital Donka, Conakry

L’hôpital Donka vu-par un cinéaste

Cette plongée dans le quotidien de l’Hôpital Donka, le plus grand hôpital de Guinée témoigne de la terrible contradiction existant entre le coût de la médecine occidentale et le niveau de vie africain. Les patients souffrent et meurent car leurs familles ne peuvent les prendre en charge financièrement.
Ce film documentaire de Thierry Michel retraçant la vie du plus grand CHU du pays  a été projeté hier 19 mars 2015 sur les écrans du cinéma “Mimo”, dans la commune de Matoto.

Cet hôpital construit sur le modèle européen en 1959, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance, manque aujourd’hui de matériel et de médicaments.
Afin de palier aux carences, les frais liés à une hospitalisation sont payables à l’entrée ; ils représentent entre un cinquième et un quart du revenu mensuel d’un Guinéen.
Les malades y arrivent donc seulement après avoir épuisé toutes les ressources de la médecine parallèle traditionnelle et il est bien souvent trop tard.

Dans ce documentaire, le réalisateur s’attache plus particulièrement à deux enfants en pédiatrie. Avec ses 350 lits et son statut de centre hospitalier universitaire, il a pu faire illusion tant que l’Etat a pu en assurer les salaires et les frais de fonctionnement.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui : l’hébergement et les soins sont payants, les familles des patients sont priées d’aller elles-mêmes acheter dans une pharmacie en ville les médicaments de leurs malades.

Tout le reste est à l’avenant : le centre de réanimation est complètement démuni, les patients ne sont pas nourris, participent aux travaux de nettoyage. Il y a certes eu des tentatives de rénovation avec la junte militaire de Moussa Dadis Camara.

Sur une civière de fortune, un homme gémit de douleur. Une longue plainte déchirée de quelques cris. Ramassé au marché, il a atterri aux urgences de l’hôpital Donka. A côté de lui, l’infirmière reste imperturbable :
— Nous attendons que la famille vienne pour payer les médicaments.
Arrivé à 17h00, l’homme meurt dans la nuit. D’une méningite. Ses proches ne se sont jamais présentés.

Planté à l’entrée de Conakry, capitale de la Guinée, l’hôpital public Donka, barré de ses longues coursives sans fin, est un immense bateau ivre régenté par un tyrannique commandant: l’argent.
Envasé dans un profond déficit, l’établissement a fait le choix d’assurer sa mission de santé publique en rendant les soins payants.  Dès les portes de l’établissement, où se bouscule une foule repoussée par une grille infranchissable, le seul sésame est l’acquittement du prix de la consultation.
Du premier au cinquième étage, au hasard des 350 lits, la caméra filme les mêmes visages mangés par l’inquiétude. Douleur de voir sa fille rattrapée par la mort.
Le médecin chef conseille au père d’aller « à la grande mosquée demander l’aumône ».

Le réalisateur a résolu la question à sa façon. En emportant, dans les véhicules de l’équipe, compresses, seringues, antibiotiques.
— Tout ce qui pouvait permettre de soulager les malades que nous filmions.
Les médicaments sont­ distribués sous l’autorité d’une conseillère médicale présente durant le tournage, mais aussi une fois la caméra rangée. De cette démarche volontariste, Thierry Michel assume les risques:
« Trahir une vérité dont nous ne sommes pas les témoins passifs. »

Aly Badara Condé
Guinée360.com