Almanach Guinée 1969

Année africaine, 1969

Année Africaine
Centre d’etude d’Afrique noire
(Institut d’etudes politiques de Bordeaux). Paris, Editions A. Pedone

Voici la livraison 1969 de l’alamach sur la Guinée. La source est l’Année Africaine (1963-1987). J’ai revu, corrigé et augmenté le document par des hyperliens.
Consulter également l’Année Africaine 1968.
Tierno S. Bah

2 janvier. — Discours radiodiffusé du President Sékou Touré, révélant que des « manifestations contre-révolutionnaires », ont eu lieu à Conakry.

9-12 janvier. — Session ordinaire annuelle du C.N.R. (Conseil National de la Révolution), à Conakry.
Déclaration du Président Sékou Touré à la séance d’ouverture :

  • L’armée guinéenne interviendra bientôt dans la production agricole, artisanale et industrielle.
  • Les militaires seront assimilés aux fonctionnaires de l’Administration générale.
  • L’armée guinéenne, révolutionnaire et anti-impérialiste, n’est pas assimilable aux armées traitresses de certains pays.
  • II faut se défier d’une certaine opposition contre la milice.
  • La milice est nécessaire à la révolution. C’est grâce à elle que de nombreux fonctionnaires malhonnêtes ont été arrêtés. Malgré quelques erreurs, la milice est restée sous le contrôle du P.D.G. (Parti Démocratique de Guinée).

Décisions :

  • Nomination de M. Ahmed Sékou Touré, Président de la République, secrétaire général du P.D.G. et Responsable suprême de la Révolution, comme « fidèle et suprême serviteur du peuple ».
  • Poursuite et amplification de l’action révolutionnaire.
  • Transformation de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (C.N.T.G.) en « section spéciale » dépendant plus étroitement du P.D.G. pour combattre la « désaffection progressive » des travailleurs à son égard.
  • Adoption de douze nouveaux points de la loi-cadre de la Révolution.
  • Le délai accordé aux commerçants étrangers qui doivent cesser leurs activités est porté de un à deux ans.
  • Maintien de la milice. L’âge des miliciens se situe entre dix-sept et trente-cinq ans.
  • Réorganisation de l’armée :
    • installation d’un comité de base du P.D.G. dans chaque camp militaire
    • création d’un état-major par force armée (terre, air, marine, gendarmerie, police)
    • création d’un Conseil supérieur de la Défense présidé par le chef de l’Etat et chargé de coordonner les activités des divers états-majors
    • fusion du statut des militaires et du statut des fonctionnaires civils
    • rattachement du service civique à l’armée
    • rattachement de la milice à la gendarmerie et aux organismes fédéraux du P.D.G.

Commentaire des douze nouveaux points de la loi-cadre par M. Sékou Touré :

  • La loi-cadre du 8 novembre 1964 avait pour but d’éviter la formation d’une bourgeoisie en Guinée.
  • Les douze nouveaux points adoptés le 8 novembre 1968 visent à radicaliser davantage la révolution.
  • Ils prévoient notamment : la réduction à trois ans de la durée de l’exercice de la fonction de diplomate, l’institution des « Conférences de la bouche ouverte » (critique des dirigeants), la répression de la corruption, des crimes d’espionnage et de trahison.

12 janvier. — Attaques contre la France par M. Sékou Touré au cours d’un meeting populaire à Conakry.

  • Alors que la Grande-Bretagne a accepté de reprendre les relations diplomatiques avec la Guinée, la France continue à opposer un silence absolu à l’offre guinéenne.
  • De plus elle refuse de payer plus de 7.000.000.000 de frs CFA de dettes qu’elle a contractées à l’égard de la Guinée.
  • Les tentatives de désorganisation de la Guinée ont échoué.

14 janvier. — Nouvelle réunion du Conseil National de la Révolution après sa session ordinaire, à Conakry.
Déclaration de M. Sékou Touré :

  • Des conciliabules sur la Guinée ont eu lieu lors de la dernière réunion de l’O.C.A.M.
  • On a décidé de renverser le régime guinéen après celui du Mali.
  • Des informations provenant d’une autorité qualifiée de l’O.C.A.M. font état de préparatifs de complot contre la Guinée, dans lesquels sont impliquées les autorités actuelles du Mali et certaines autorités françaises.
  • Le gouvernement détient des photocopies de lettres envoyées à des cadres guinéens vivant à l’étranger pour leur demander de ne pas rentrer immédiatement en Guinée, la chute du régime étant imminente.

Remaniement ministériel décidé à l’issue de la session du Conseil National de la Révolution, annoncé par Radio-Conakry captée à Dakar.

4 février. — Déclenchement d’une « campagne de démystification » du gaullisme, annoncé par la « Voix de la Révolution » à Conakry.
Critique du gaullisme : « Le gaullisme soi-disant bon et généreux est une mystification, une simple image d’Epinal pour enfants de choeur. »
— Libération et remise à la Côte d’Ivoire des deux chalutiers (ivoirien et grec) arraisonnés dans les eaux territoriales guinéennes, annoncée par Radio-Conakry.

1er mars. — Séjour d’une délégation gouvernementale conduite par M. Mamouna Touré, ministre de la Santé, en Bulgarie.

5 mars. — Annonce par Radio-Conakry captée à Dakar de l’arrestation à Maleya (près de la frontière malienne) de trois militaires « contre-révolutionnaires » qui tentaient de fuir la Guinée.
— Signature d’un contrat de travail avec le bureau d’études belge « Traction et Electricité » annoncée à Bruxelles.

12 mars. — Découverte d’un complot contre-révolutionnaire, annoncée par le tribunal révolutionnaire spécial à Conakry.
But du complot :

  • Assassiner les principaux responsables du Parti Démocratique de Guinée.
  • Les comploteurs ont été dénoncés par les trois militaires arrêtés le 26 février à Labé.
  • La complicité de la France et de certains gouvernements africains est clairement établie.

13 mars. — Signature d’un accord de prêt d’un montant de 25.000.000 de dollars avec l’Export-Import Bank des Etats-Unis, à Washington.

14 mars. — Décision prise par les Imams de Conakry d’organiser des prières dans les mosquées de la ville pour « maudire les ennemis de la révolution guinéenne ».

19 mars. — Arrestation des principaux responsables du « complot impérialiste » annoncée par Radio-Conakry.
Précision donnée :
— Les parachutistes de Labé n’étaient que de simples exécutants d’un complot organisé à partir de Conakry.

21 mars. — « Marche révolutionnaire » organisée à Conakry par le Parti Démocratique de Guinée (P.D.G.) pour condamner le dernier complot.

29 mars. — Dénonciation par Radio-Conakry de la petite localité française de Rivesaltes (Pyrénées orienta les) comme centre d’entraînement de mercenaires guinéens (tirailleurs d’origine guinéenne) recrutés par la France pour renverser le régime de M. Sékou Touré.
La complicité de certains Etats voisins :
— Certains Etats limitrophes abritent des mercenaires guinéens qui s’apprêtent à pénétrer en Guinée.
— Un premier groupe qui devait s’infiltrer en Guinée a été envoyé au Biafra.

9 mai. — Session extraordinaire à Conakry du Conseil National de la Révolution, annoncée par la « Voix de la Révolution » captée à Dakar.
Ordre du jour :
Examen de l’affaire du « complot impérialiste » découvert en mars dernier.

10 mai. — Diffusion par la « Voix de la Révolution » du rapport de l’enquête effectuée par le Comité Révolutionnaire Guinéen sur le dernier « complot impérialiste » à Conakry.

11 mai. — Décision du Conseil National de la Révolution de s’ériger en « tribunal révolutionnaire » annoncée par la « Voix de la Révolution » captée à Dakar.
— Elargissement de ses assises en raison de l’importance du complot.
— Audition de représentants des fédérations régionales, des organisations de femmes et de jeunes du P.D.G., des travailleurs, de l’état-major de l’armée populaire, de l’Assemblée et du gouvernement.
—M. Léon Maka, président de l’Assemblée nationale.

16 mai. — Remaniement ministériel décidé par le Président Ahmed Sékou Touré, à Conakry.

19-22 mai. — Cinquième congrès de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (C.N.T.G.), à Conakry.
Discours d’ouverture de M. Sékou Touré :
L’épuration sera poursuivie dans le Parti, l’Etat et les syndicats.

3 juin. — Discours du Président Sékou Touré devant les cadres de l’armée réunis à Conakry, diffusé par Radio-Conakry captée à Dakar.

13 juin. — Annonce par Radio-Conakry de nouvelles condamnations dans l’affaire du complot de mars dernier.

15-20 juin. — Séjour de Mamouna Touré, membre du bureau politique du P.D.G. et ministre des Echanges extérieurs, en République Arabe Unie.

Message de remerciement envoyé par M. Georges Pompidou, Président de la République française, au Président Sékou Touré qui l’avait félicité pour sa victoire à l’élection présidentielle.

18 juin. — Signature d’un accord commercial avec l’Algérie, à Alger.
Termes de l’accord :
— L’Algérie exporte vers la Guinée du cuir, des produits agricoles et industriels.
— Elle importera de la Guinée des bois tropicaux, des bananes, rle l’arachide, du café et d’autres produits guinéens.

24-27 juin. — Visite officielle de M. Kenneth Kaunda, Président de la République de Zambie.
Communiqué conjoint :
— Les deux présidenls soulignent la nécessité de renforcer la coopération entre leurs pays et ce dans tous les domaines.
— Ils réaffirment leur soutien aux « mouvements authentiques de libération ».
— Ils soulignent « la responsabilité » de la Grande-Bretagne dans la situation actuelle de la Rhodésie.
— Ils condamnent et dénoncent le régime d’apartheid.

27 juin. — Annonce par Radio-Conakry captée à Dakar d’un attentat perpétré contre le Président Sékou Touré, lors de l’arrivée du Président Kaunda.

7 juillet. Message de M. Diallo Telli, secrétaire général de l’O.U.A., à M. Sékou Touré, publié à Abidjan.
Démenti :
M. Diallo Telli dément formellement les accusations selon lesquelles il aurait été mêlé au dernier complot découvert en Guinée.
— Arrivée à Conakry d’une mission sénégalaise d’amitié et de bonne volonté, conduite par M. Karim Gaye, ministre des Affaires étrangères de la République du Sénégal.

7-29 juillet. — Visite du Président de la République de Mauritanie en Guinée.
Communiqué conjoint :

  • Relations bilatérales : les deux chefs d’Etat expriment leur détermination de développer davantage la coopération dans tous les domaines : politique, économique, social et culturel, et se félicitent des relations étroites et fraternelles existant
    déjà entre les deux pays.
  • Afrique : Ils renouvellent leur attachement aux principes de la charte d’Addis-Abeba et leur détermination d’unir leurs efforts pour la consolidation de l’O.U.A., ainsi que des groupements régionaux dans le cadre de l’O.U.A.
  • O.E.R.S. : ils renouvellent leur attachement à son statut et expriment leur volonté de tout mettre en oeuvre pour réaliser les objectifs de ce sous-groupement régional.
  • Relations internationales : ils soutiennent totalement « la lutte légitime du peuple palestinien » et réaffirment leur adhésion à la politique de non-alignement.

12 juillet. — Communiqué du ministère des Affaires extérieures, diffusé par la « Voix de la Révolution » captée à Dakar.
Accusations contre le Portugal :
— Les forces armées portugaises stationnées en Guinée Bissao ont bombardé deux villages guinéens : Katoli et Kandiafara, dans la nuit du 4 juin et entre le 24 ct le 29 mai.
— Le gouvernement guinéen autorise le retour en Guinée du Peace Corps, expulsé en 1966.

19 juillet. — Incursion portugaise à la frontière de Guinée faisant trois morts guinéens.

1er août. — Autorisation accordée au gouvernement par le Fonds Monétaire International de retirer l’équivalent de 3.800.000 dollars sous forme de yen japonais, annoncée à Washington.

2 août. — Projet de consortium pour l’exploitation des mines de fer du Mont Nimba (Mifergui).
Caractéristiques principales :
— 50 % du capital pour la Guinée, 50 % pour un groupe de compagnies australiennes, américaines, italiennes et yougoslaves.
— Une compagnie japonaise obtiendrait l’autorisation de commercialiser la moitié de la production.

2 septembre. — Communiqué officiel de Radio-Conakry faisant état de l’attaque d’une vedette guinéenne par les forces portugaises basées en Guinée Bissao.

7 septembre. — Annonce de la découverte d’un complot contre le régime guinéen par Radio-Conakry.

19 septembre. — Conclusion d’un accord de prêt d’un montant de 10 millions de dollars U.S. entre la Compagnie des Bauxites de Guinée et la Société Financière Européenne de Paris, annoncée à Paris.

28 septembre. — Célébration du 11e anniversaire de l’Indépendance de la Guinée, à Conakry.
Commentaires de Radio-Conakry :
— Violentes attaques contre l’impérialisme français et ses valets « les Houphouët qui ne pourront plus longtemps échapper aux glaives justiciers ».
— « L’impérialisme trouvera son tombeau en Guinée ».

2 octobre. — Début officiel des travaux aux usines d’alumine de Boke.
Financement :
— Compagnie des Bauxites de Guinée ; capitaux : Etat guinéen 49 % ; Consortium Halco (Mining) Inc. 51 %.
— Coût des travaux : 160 millions de dollars.

12 octobre. — Onzième anniversaire de la déclaration de la République en Guinée, célébré à Conakry.
Mesures administratives annoncées par le Président Sékou Touré :
Suppression de la distinction entre les fonctionnaires civils et les militaires et éligibilité des militaires à toutes les responsabilités politiques.

15 octobre. — Déclaration d’attachement à I’O.E.R.S. prononcée par le Président Sékou Touré à Conakry.

17 octobre. — Signature d’un protocole d’accord commercial entre la Pologne et la Guinée, a Varsovie.

18 octobre. — Léger remaniement gouvernemental en Guinée, annoncé par Radio-Conakry.

—  Adhésion au Fonds Monétaire International (F.M.I.).

31 octobre. — Communiqué relatif aux travaux de la dernière réunion du Bureau politique national du P.D.G., diffusé par Radio-Conakry, captée à Dakar.
La rencontre ministérielle guinéo-malienne de Kayes (Mali) :
— Des recommandations qui tendent au renforcement de l’Organisation des Etats Riverains du Sénégal (O.E.R.S.) et de l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.) ont été adoptées.
— Des mesures ont été prises afin de renforcer les liens existant entre les deux pays.

10 novembre. — Réunion du Comité Central du Parti Démocratique de Guinée (P.D.G.), à Conakry.
Rapport du Président Sékou Touré sur les principaux points de l’ordre du jour :
— Le gouvernement vient de prendre une série de mesures anti-inflationnistes, et notamment à caractère fiscal.
—Certains problèmes fondamentaux tels que le ravitaillement des campagnes, les vols, détournements et trafics, n’ont pas été encore définitivement résolus.

27 novembre. — Signature d’un accord soviéto-guinéen portant sur l’établissement à Kindia (150 km de la capitale) d’une entreprise nationale guinéenne d’exploitation des bauxites.

1er décembre. — Signature à Madrid d’un contrat de 6.000.000 de livres sterling avec l’Espagne.

A suivre.