Almanach Guinée 1970

Publié dans la revue Année Africaine, l’almanach 1970 sur la  Guinée se concentre presque exclusivement sur le gouverment, le président Sékou Touré et son régime. La normalité de 10 premiers mois cède brusquement à l’attaque du 22 novembre, qui servira de prétexte et de justification pour la période de purge la plus longue et la plus sanglante de la dictature du PDG. Mais les dés étaient jetés depuis 1968 avec le rappel et l’incarcération sans motif d’Achkar Marof, représentant permanent à l’O.N.U. Et le pays enregistra en 1969, le “complot Kaman-Fodéba”, qui décapita l’état-major des forces armées.
L’année 1970 s’ouvrit ainsi par la visite du secrétaire général de l’O.N.U., qui était venu en fait plaider la cause et obtenir la libération d’Achkar, un des bras droits et ténors de la diplomatie onusienne pour l’Afrique. M. U Thant n’obtint pas gain de cause. Pis, Sékou Touré le fit cyniquement espérer. En effet, il déclara d’aboard à U Thant qu’Achkar lui serait remis au moment du départ à l’aéroport de Gbessia. Enfin, avant l’embarqument de du secrétaire général, il l’assura qu’Achkar le retrouverait dans les heures à Monrovia, la prochaine destination de M. Thant.
En définitive, celui-ci rentra bredouille à  New York, sans son collègue et ami…
Lire André Lewin. “Une visite officielle d’U Thant en Guinéein Ahmed Sékou Touré (1922-1984). Président de la Guinée de 1958 à 1984. Volume III. Chapitre 39. Annexe 3.
Tierno S. Bah
Ambassadeur Achkar Marof (1930-1971) , représentant permanent de la Guinée confère avec U Thant, secrétaire général de l'O.N.U. à New York, circa 1967. Précédemment détenu sans procès ni jugement, Achkar fut fusillé en 1971. — (Source : Allah Tantou, film réalisé par feu David, fils aîné d'Achkar) Tierno S. Bah
Ambassadeur Achkar Marof (1930-1971) , représentant permanent de la Guinée confère avec U Thant, secrétaire général de l’O.N.U. à New York, circa 1967. Précédemment détenu sans procès ni jugement, Achkar fut fusillé en 1971. — (Source : Allah Tantou, film réalisé par feu David, fils aîné d’Achkar) Tierno S. Bah

4-5 janvier. — Déclaration du président Sékou Touré au cours du séjour de U Thant à Conakry : « Bien que l’O.N.U. soit une organisation pratiquement paralysée, incapable de résoudre les problèmes qui lui sont posés, la Guinée offre son appui à M. Thant, digne messager de la paix ».

15 janvier. — Arrivée d’une délégation du Comité central du parti du Travail de République populaire de Chine.

19 janvier. — Dénonciation par le président Sékou Touré des Etats africains qui ont reconnu le Biafra.

19-24 janvier. — Discours du président Sékou Touré au cours d’une session du Conseil national de la Révolution :
—La défaite de la sécession biafraise est une grande victoire africaine.
—Une délégation du bureau politique du parti du Travail de la République Populaire de Corée et celle du secrétariat de l’O.E.R.S. assistent à la session.

20 janvier. — Signature de plusieurs protocoles d’accord avec la République démocratique allemande et la Tchécoslovaquie.

21 janvier. — Message du Parti congolais du Travail au Conseil national de la Révolution guinéen : l’exemple guinéen a inspiré les masses congolaises dans leur lutte pour l’indépendance totale et contre « la clique bourgeoise » au pouvoir.

23-26 février. — Réunion à Conakry d’une conférence de l’armée populaire.
Déclaration de M. Mamady Sagno, secrétaire d’Etat à l’armée :
— L’oeuvre d’assainissement de l’armée, commencée après le complot de 1969, continue.
— Les nouvelles zones militaires correspondront aux zones administratives ; il n’y aura plus de concentrations de forces armées dans les centres urbains.
— Conakry sera une zone spéciale, où seront concentrés les bataillons d’action industrielle et les services spéciaux.
— Chaque corps d’arme aura son état-major particulier – Le bataillon blindé sera attaché directement à la présidence de la République.

23-30 janvier. — Séjour d’une délégation de la République populaire de Chine conduite par M. Lin An Yun, ministre adjoint du Commerce extérieur, pour la signature d’un protocole d’accord économique.

26 février. — Discours de M. Sékou Touré à Kindia (Guinée) critiquant la Côte d’Ivoire.

28 février-4 mars. — Séjour de M. David Newson, sous-secrétaire d’Etat pour les Affaires africains au Département d’Etat américain.

2 mars. — Dixième anniversaire de la création du franc guinéen. Dans un message, le gouverneur de la Banque centrale guinéenne déclare :
— Le contre-coup de la dévaluation du franc français sur les « monnaies satellites » prouve la justesse de l’option guinéenne et la « différence de nature » entre les intérêts africains et ceux de la France.
— La Guinée assure et assurera la couverture intégrale de sa monnaie.
— La Guinée est favorable à la création d’une monnaie africaine et en premier lieu d’une monnaie commune aux pays de l’O.E.R.S. « indépendante de toute influence extérieure ».
Signature d’une convention commerciale entre le Sénégal et la Guinée à Conakry.

8-15 mars. — Visite officielle de M. Mohamed Benyahia, ministre algérien de l’Information.

9-25 mars. — Festival culturel guinéen à Conakry.

11 mars. — Séjour de M. Badreddine Senoussi, ministre marocain des Postes et Télécommunications.

12 mars. — Séjour de M. Simon Kapwepwe, vice-président zambien.

31 mars- 3 avril. — Visite officielle de M. Charles Diggs, président de la sous-commission « Afrique » au Congrès américain.

Avril. — Séjour de M. Yassez Nema, envoyé spécial du Front de Libération de la Palestine.

6 avril. — Permutations ministérielles décidées par le président Sékou Touré :

  • M. Léon Maka, secrétaire permanente du bureau politique du P.D.G., devient ministre de l’Intérieur.
  • Le général Diané Lansana, ancien ministre de l’Intérieur, devient ministre des Affaires sociales.
  • M. Nfamara Keita, ancien ministre des Affaires sociales, devient ministre des Echanges.
  • M. Sékou Camara, ancien secrétaire d’Etat au Commerce intérieur, devient secrétaire d’Etat au Commerce extérieur.
  • M. Morocandia Savane, ancien secrétaire au Contrôle financier, devient secrétaire d’Etat au Commerce intérieur.
  • M. Barry Ibrahim devient secrétaire d’Etat au Contrôle financier.

7 avril. — Interview du président Ahmed Sékou Touré au quotidien sénégalais Dakar-Matin :
— Si la France veut coopérer avec la Guinée, la Guinée est également prête.
—Ce qui s’est passé est imputable à l’esprit néo-colonialiste qui a prévalu dans les milieux français, et le général de Gaulle était prisonnier de ces milieux.

11 avril. — Séjour d’une délégation de la Fédération française des Travailleurs des chemins de fer. Cette visite se situe dans le cadre des échanges de délégations entre la C.G.T. française et la C.N.T.G. (Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée).

17 avril. — Télégramme de M. Maurice Schumann, ministre français des Affaires étrangères, à M. Kassory Bangoura, secrétaire d’Etat aux Affaires extérieures, déclarant que « Tout ce qui serait de nature à favoriser une meilleure compréhension entre la France et la Guinée trouvera auprès du gouvernement français l’accueil le plus réceptif ».

21 avril. — Séjour d’une mission de bonne volonté de Guinée équatoriale, conduite par M. Angel Masie Natutumdu.

22 avril. — Signature d’un accord douanier bilatéral entre le Mali et la Guinée.

23 avril. — Signature avec l’Italie d’un accord pour la mise en place de l’adduction d’eau dans les principales villes de l’intérieur de la Guinée.

Mai. — Séjour d’une délégation du Parti du Congrès des Populations de Sierra Leone.
14 mai. — Discours du président Sékou Touré, à l’occasion du vingt-troisième anniversaire de la création du Parti démocratique de Guinée :
— Une coopération loyale entre la France et la Guinée — sur un strict pied d’égalité — ne peut être que bénéfique pour les deux pays.
— Il faut dénoncer « l’impérialisme néo-colonialiste » qui, « avec la complicité des traîtres guinéens », divise depuis des années les peuples frères de la Guinée et de la Côte d’Ivoire.
—Tout doit être mis en oeuvre pour détruire les facteurs de division et aboutir à une réconciliation totale entre les deux pays.

18 mai. — Séjour de M. Moktar Ould Daddah, chef de l’Etat mauritanien.

20 mai. — Signature d’un accord économique entre la Guinée et l’U.R.S.S., pour l’adduction et l’exploitation d’eau potable à Nzérékoré.

10 juillet. — La Compagnie des bauxites de Guinée passe un marché d’équipement de 40 millions de francs avec la C.G.E.E. (Compagnie générale des Entreprises électriques) et les Chantiers de l’Atlantique.
— Arrivée d’une délégation officielle guinéenne au ministère belge du Commerce extérieur.

20 juillet. — Radio-Conakry, captée à Dakar, dénonce « des préparatifs actuellement en cours dans le but de perpétrer des crimes contre la Guinée ».
— Une délégation économique guinéenne est reçue par M. M. Pedini, sous-secrétaire d’Etat italien aux Affaires étrangères.

26 juillet. — Selon Radio-Conakry, captée à Monrovia, des « mercenaires blancs veulent renverser le régime ».

29 juillet. — Arrivée à Conakry d’une mission médicale de Chine populaire.

5 août. — M. Sékou Touré adresse deux messages de réconciliation au président Houphouët-Boigny.

7 août. — Message de félicitations du président Sékou Touré au général Sangoulé Lamizana, à l’occasion du 10e anniversaire de l’indépendance de la Haute-Volta.

19 août. — Radio-Conakry annonce que cinq jeeps soviétiques ont été remises au Parti démocratique de Guinée par le Parti communiste d’U.R.S.S.

27 août. — Radio-Conakry annonce l’ouverture de la réunion de l’Union syndicale panafricaine avec la participation de délégations du Mali et de la Haute-Volta.

28 août. — Epidémie de choléra : 34 morts pour 350 cas signalés dans la capitale guinéenne.
« La Voix de la Révolution » captée à Monrovia, annonce que les négociations guinée-soviétiques ont été sanctionnées par la signature d’un protocole d’accord, portant sur l’exploitation de riches gisements de bauxite de Debele (Kindia).

30 août. — Le Programme alimentaire mondial de l’O.N.U.-F.A.O. décide de contribuer à l’exploitation d’un vaste gisement de bauxite en Guinée. (?! — T.S. Bah)

5 septembre. — L’Assemblée nationale adopte à l’unanimité la loi de finances de l’exercice 1970-1971.

6 septembre. — Radio-Conakry annonce le départ de M. El Hadj Saifoulaye Dialo, ministre guinéen des Affaires extérieures, pour Sofia.

9 septembre. — Berlin-Est annonce l’établissement de relations diplomatiques avec la Guinée.

10 septembre. — Le gouvernement de la République fédérale allemande regrette la reconnaissance de la République démocratique allemande par la Guinée.

11 septembre. — Le gouvernement guinéen dément l’apparition du choléra en Guinée.

14 septembre. — Publication d’un communiqué conjoint bulgaro-guinéen à la suite de la visite officielle en Bulgarie du ministre d’Etat des Affaires étrangères de la République de Guinée.
— Message de félicitations du chef du gouvernement de la République de Chine populaire, M. Chou-En-Laï, au président Sékou Touré à l’occasion du 10e anniversaire de la conclusion d’un « traité d’amitié » entre les deux pays.

15 septembre. — Le ministre des Finances guinéen est reçu par le chef du gouvernement yougoslave.

28 septembre. — Signature d’un accord de coopération entre le gouvernement guinéen et la société Alu Suisse.

1er octobre. — Célébration du 12e anniversaire de l’indépendance guinéenne.

9 octobre. — Démenti catégorique du chargé d’affaires du Portugal à l’O.N.U., de l’information selon laquelle le Portugal ferait des préparatifs militaires contre la Guinée.
— Un nouveau complot est découvert visant l’assassinat du président Sékou Touré.
— La Guinée souhaite rétablir la coopération avec la France.

4 octobre. — D’importantes manifestations populaires sont organisées à Conakry pour célébrer la mémoire du président Nasser.

6 octobre. — Réunion à Conakry de la commission culturelle de l’Organisation des Etats riverains du Sénégal (O.E.R.S.).

7 octobre. — Arrestation en Gambie de 38 mercenaires guinéens.

(Livrés par le président Dawda Jawara, ils étaient tous des FulBHe, qui seront tous égorgés au Camp Boiro — T.S. Bah)

17 octobre. — Un chalutier français est arraisonné dans les eaux territoriales guinéennes.

26 octobre. — La Chine populaire s’engage à apporter une contribution plus importante au développement économique de la Guinée.
— Participation de la société japonaise Mitsui à l’exploitation du minerai de fer en Guinée.

3 novembre. — Arrivée à Conakry d’une délégation française pour exammer les problèmes financiers dans le cadre du contentieux franco-guinéen.
9 novembre. — Le président Sékou Touré gracie l’équipage et le commandant du chalutier français arraisonné dans les eaux territoriales.

10 novembre. — Signature d’un protocole d’accord entre la Chine et la Guinée.

22 novembre.Le président Sékou Touré annonce par radio que Conakry est victime d’une agression impérialiste.
— Démenti officiel du gouvernement portugais de la présence de militaires portugais en Guinée.

23 novembre. — Le Conseil de sécurité décide l’envoi immédiat d’une commission d’enquête.
— Le président Sékou Touré reçoit de nombreux messages de soutien des chefs d’Etat de Mauritanie, Congo-Brazzaville, Tanzanie, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Tchad, Niger, République arabe unie, Haute-Volta, Libéria, Zambie … Union soviétique.

24 novembre. — Radio-Conakry annonce une nouvelle tentative de débarquement en Guinée.

25 novembre. — M. Sékou Touré lance un appel à tous les pays amis non-africains.
— Un mouvement d’opposition, « Regroupement des Guinéens en Europe » (R.G.E.) dénonce les méthodes et objectifs dictatoriaux du président Sékou Touré.

26 novembre. — Réaffirmation du Portugal de sa non-participation aux événements guinéens.
— Le gouvernement algérien met à la disposition de la Guinée du mat��riel et notamment des vedettes.

27 novembre. — Le président Sékou Touré critique la commission d’enquête de l’O.N.U. en Guinée.

28 novembre. — Radio-Conakry annonce l’infiltration de troupes portugaises à la frontière.
— Distribution d’armes à la population guinéenne.

2 décembre. — La « Voix de la Révolution » guinéenne lance des appels à la désertion aux soldats portugais de la Guinée Bissao.

3 décembre. — La radio guinéenne diffuse les dépositions des soldats portugais arrêtés, devant la commission d’enquête de l’O.N.U.
— La Libye fournit à la Guinée les armes et les munitions demandées pour repousser l’agression.
— Le ratissage continue à Conakry. Le Haut-commandement des forces révolutionnaires demande la collaboration des missions diplomatiques pour déceler tous les « mercenaires et éléments douteux ».

4 décembre. — Les autorités déclarent contrôler la situation dans la région de Koundara, aux confins de la Guinée Bissao où des infiltrations portugaises se seraient produites.
— La radio guinéenne demande au peuple portugais de se soulever contre la dictature « crypto fasciste » et fait état des mouvements de solidarité qui se seraient produits dans les pays voisins, notamment au Sénégal.
— Le rapport de la mission d’enquête du Conseil de Sécurité sur les événements des 22 et 23 novembre conclut à la responsabilité directe du Portugal.
Le chargé d’Affaires du Portugal à l’O.N.U. rejette les conclusions de ce rapport.
— La chasse aux mercenaires se poursuit à Conakry.
— L’agence Chine nouvelle consacre de longs commentaires aux événements de Conakry et dénonce la collusion du Portugal et des Etats-Unis.

6 décembre. — Le président Sékou Touré annonce l’arrestation en Sierra Leone et au Liberia de mercenaires et agents subversifs. D’après la radio guinéenne les ratissages s’achèvent et la situation
est calme.
— Arrivée à Lagos de M. Diallo Telli, secrétaire général de l’O.U.A., pour organiser la prochaine réunion ministérielle qui doit examiner la situation en Guinée.
M. Telli accuse l’O.T.A.N. d’avoir inspiré l’invasion de la Guinée.
— M. Sékou Touré exhorte l’O.U.A. à adopter une attitude offensive contre le Portugal.

7 décembre. — M. Siaka Stevens, Premier ministre de la Sierra Leone, dément les informations selon lesquelles l’agression perpétrée contre la Guinée aurait été lancée depuis la Sierra Leone.
— L’agence de presse portugaise « Ani » publie le témoignage de Guinéens qui auraient participé aux opérations du 22 novembre et selon lesquels « le problème de la République de Guinée est d’ordre exclusivement intérieur ».
— La radio guinéenne annonce la mise à la disposition de la Guinée de commandos armés par le Conseil révolutionnaire de Libération de la Palestine. La B.B.C., l’hebdomadaire Jeune Afrique et le quotidien Le Figaro sont vivement critiqués pour leurs commentaires sur les événements.

8 décembre. — Les représentants du groupe afro-asiatique renoncent à présenter un projet de résolution demandant des sanctions contre le Portugal sur la base du chapitre VII de la Charte de l’O.N.U. mais réclament des réparations pour la Guinée.

9 décembre. — Adoption par le Conseil de Sécurité de l’O.N.U. de la résolution afro-asiatique condamnant le Portugal et exigeant l’indemnisation de la Guinée.
— Le Regroupement des Guinéens en Europe affirme, dans une lettre adressée au secrétaire général de l’O.N.U., sa volonté de continuer la lutte contre « la tyrannie de Sékou Touré » .
— Le gouvernement portugais rejette la résolution du Conseil de Sécurité et s’indigne de la procédure suivie.

10 décembre. — Le représentant de la France au Conseil de Sécurité proteste contre la non-publication du rapport de la commission d’enquête en français et regrette les imprécisions de ce rapport. Le gouvernement français, bien que s’étant abstenu lors du vote de la résolution du Conseil de Sécurité, condamne l’attitude du Portugal.
— Les Guinéens résidant en France sont invités à s’abstenir de toute activité p olitique.
— Accord minier soviéto-guinéen concernant l’exploitation des bauxites de la région de Kindia.

12 décembre. — Deux fonctionnaires de l’O.N.U. se rendront en Guinée pour évaluer les dommages subis lors des événements du 22 novembre. Le gouvernement des Etats-Unis accorde une aide exceptionnelle de 4 millions 761.000 dollars.

14 décembre. — Le président Sékou Touré adjure les Etats africains de prendre l’offensive pour la libération de l’Afrique.

16 décembre. — Le président Sékou Touré refuse toute évaluation des dommages subis en Guinée.

18 décembre. — Réintégration des militaires guinéens démobllisés.
— Limitation de la circulation nocturne des non-Africains à Conakry.
— Radio-Conakry fait état de concentration de troupes au Sénégal le long de la frontière guinéenne.
— Le président Sékou Touré fait parvenir un message au président Senghor.

19 décembre. — Le président Sékou Touré adresse un message à U Thant, secrétaire général de l’O.N.U. pour faire état des menaces pesant sur l’intégrité du territoire guinéen.

21 décembre. — Radio-Conakry développe la thèse du complot impérialiste permanent contre la Guinée.

25 décembre. — Radio-Conakry invite tous les chrétiens à détruire le « monstre impérialiste ».

27 décembre. — Arrestation de Mgr Tchidimbo, archevêque de Conakry.

29 décembre. — Expulsion d’une centaine de ressortissants ouest-allemands dont cinq militaires de la Bundeswehr.

30 décembre. — Le Vatican manifeste sa surprise et son inquiétude à la suite de l’arrestation de Mgr Tchidimbo.
— Détention de deux ressortissants allemands.
Le président Sékou Touré demande le rappel à Bonn de l’ambassadeur de R.F.A., M. Lankes, qu’il accuse de collusion avec le Portugal.