Claude Rivière : hautement contestable (suite)

Guinée, 1960. Education et enseignement. Un instituteur dispense un cours de géographie.
Guinée, 1962. Education et enseignement. Un instituteur dispense un cours de géographie. (Source : Bernard Charles. Guinée)

Comme indiqué dans une livraison précédente, le contenu de l’article de Claude Rivière “Investissements éducatifs en Guinée”, invite, de bout en bout, à la contestation et à la réfutation. C’est ici précisément mon propos, faits à l’appui.
Je m’interroge d’abord sur  le(s) mobile(s) personnel(s) et/ou secret(s), ainsi que la motivation, discernable, de l’ancien doyen de la Faculté des Lettres et Sciences sociale de l’Institut Polytechnique —avant la dénomination Gamal Abdel Nasser en 1967. Qu’est-ce qui l’a poussé à rédiger ce papier, qui est, à mon avis, en flagrante contradiction avec l’histoire post-coloniale du pays ?
Le papier fut publié en 1965. Fut-il rédigé la même année ou bien en recul deux ou trois ans plus tôt. La question se pose sérieusement. Car la lecture de la Chronologie de Guinée par André Lewin dépeint un climat politique tendu, que Claude Rivière décide d’ignorer et d’occulter dans son écrit. Passant ainsi outre la réalité il se borne à un compte-rendu tiré par les cheveux sur les “investissements éducatifs”.
Par exemple, il ne mentionne que le nom de six personnes : Sékou Touré (3 fois), Louis Béhanzin (3 fois), Fodéba Keita, Camara Laye, Kandia Kouyaté (chacun 1 fois).

En réalité le nom Béhanzin ne paraît qu’une fois. Toutefois ses fonctions d’Inspecteur général sont soulignées deux fois. Et Rivière couvre le titulaire d’éloges. Il le défend face aux critiques des réformes improvisées du système d’éducation. Il minimise ce qu’il appelle “un échec relatif de la réforme de l’enseignement”. Il balaie de telles accusations comme inconsidérées. Au contraire, il avance que “des modifications” ont “été apportées pour revaloriser l’enseignement”. Et il déclare sommairement que “les perspectives sont plutôt encourageantes”. Enfin il enfonce le clou flatteur :

« Les étrangers le reconnaissent d’ailleurs. Un expert de l’O.N.U. m’avouait que le ministère de l’Education Nationale était celui qui fonctionnait le mieux en Guinée. Déjà structuré avant l’indépendance, il avait continué de recevoir des crédits et des professeurs. Il concentrait aussi une bonne partie des élites intellectuelles du pays. Ajoutons à cela que son essor est dû aux personnalités qui le dirigent. »

De quelle partie des élites intellectuelles de Guinée Claude Rivière veut-il parler ainsi en 1965?

L’auteur fait preuve ici d’un cynisme repoussant. Du coup, il devient un allié et un complice objectif de la dictature de Sékou Touré, dont Louis Sénainon Béhanzin fut l’une des éminences grises et âmes damnées. Car Rivière condamne  de facto et sacrifie délibérément ses collègues enseignants accusés de complot, arrêtés, jugés arbitrairement et condamnés à de lourdes peines de prison. Depuis 1961 ceux-croupissaient en prison au Camp Camayenne (rebaptisé Camp Boiro en 1968) et dans différents régions du pays. Il s’agit de :

  • Koumandian Keita
  • Djibril Tamsir Niane
  • Mamadou Traore dit Ray Autra
  • Mountaga Balde
  • Hassimiou Balde
  • Ibrahima Kaba Bah
  • Niang Seyni
  • Ibrahima Fofana
  • Sidi Diarra
  • Mamadou Gangue
  • Moumini Sow
  • Mamadou Kolon Diallo
  • Bahi Seck
  • Kenda Diallo, etc.

Claude Rivière vante les mérites de la politique de Sékou Touré et du PDG en matière d’éducation. Et pourtant en 1961 déjà les prétendus comploteurs sus-nommés avaient averti le régime sur la nécessité de donner la priorité absolue à la formation de la jeunesse. Leur Mémorandum historique épluche point par point les aspects humains, techniques, pédagogiques, financiers de l’art et du métier d’enseignant.

Guinée, 1960, un élève en examen (Source : Bernard Charles. Guinée)
Guinée, 1962, un élève en examen (Source : Bernard Charles. Guinée)

1961 : école, enseignants et faux complot

Rédigé par les membres du Bureau directeur du Syndicat national des enseignants de Guinée — membre de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée —, le Mémoire sur le statut des enseignants de Guinée de 1961 n’a rient de politique. Il n’est pas banal aussi. Du reste, Sékou Touré avait exprimé des points de vue similaires dans sdans un discours tenu aux enseignants à l’Assemblée nationale le 31 mars 1961 et reproduit le journal Horoya, numéro du 13 juillet 1961. Le président guinéen y disait :

« Nous pouvons, dès maintenant, dire, comme vous l’avez souligné au cours de votre congrès, que la revalorisation du corps enseignant est l’une des conditions indispensables à la rénovation de l’enseignement guinéen. Nous sommes entièrement d’accord avec vous sur ce point et s’il vous était donné de connaître les nombreuses délibérations de la direction du parti sur ce problème, vous seriez convaincus de l’intérêt qu’il porte et verriez qu’il est décidé, plus que jamais, à une reconversion dans la hiérarchie des valeurs relatives aux conditions matérielles et morales faites aux différents corps de métiers, en accordant à l’enseignement la place de choix qui lui revient. Comme nous voulons satisfaire entièrement notre désir de faire évoluer le plus rapidement possible notre pays, le problème général de la revalorisation de la fonction enseignante sera résolu, je crois, avant la rentrée prochaine : les nouveaux statuts particuliers paraîtront prochainement avec les grilles indiciaires correspondantes ».

Toutefois, e 13 octobre 1961, les enseignants lui répondent, poliment et avec déférence, clairement avec fermeté. A notre sens, écrivent-ils :

« … Le statut particulier des enseignants avait pour but fondamental de servir efficacement la révolution populaire guinéenne. De fait, pourtant, poursuivons-nous, il s’agit de l’utilisation extensive de l’école pour l’avènement d’une société nouvelle que le peuple guinéen est en train de construire sous l’égide de son parti ».
« … C’est donc dire qu’il s’agit bien d’un problème national débordant singulièrement le cadre étroit de revendications corporatives ».

Et l’argumentation du Mémoire continue :

« Ainsi le problème posé est loin d’être, pour nous, une question d’algèbre se soldant par des équations positives ou négatives. Nos luttes passées, présentes et futures se placent dans les perspectives bien plus élevées d’un idéal. Et cet idéal que nous voulons révolutionnaire et qui anime tous les enseignants progressistes du monde, idéal de liberté, de justice, de progrès, de démocratie et de bien-être pour tous, nous pensons qu’il ne saurait s’épanouir que dans une humanité expurgée des fléaux que constituent l’ignorance et l’obscurantisme.
Personne ne peut nier que la diffusion rapide de la culture scientifique moderne ne soit une condition nécessaire pour que les peuples, maintenus jusqu’ici dans un état de sous-développement, puissent rattraper ce retard historique. Personne ne peut nier que l’épanouissement de la démocratie exige que l’instruction soit accessible à l’ensemble du peuple. C’est ce que José Marti, héros de l’indépendance cubaine, exprimait magnifiquement en ces termes :
« C’est dans le peuple même que se situe la grande révolution : savoir lire, c’est savoir marcher. Savoir écrire, c’est savoir s’élever. Les humbles livres de l’école donnent à l’homme des pieds, des bras et des ailes ».
Il est donc inutile d’insister sur l’importance nationale du développement de l’éducation dans la phase actuelle de notre histoire. Tout le monde est d’accord là-dessus.
Mais cet accord de principe implique des conséquences que l’on n’a pas le droit d’éluder. Car si l’on admet que l’enseignement est un des besoins prioritaires dans le cadre de la révolution guinéenne, le corollaire est qu’il soit fait aux enseignants une situation qui les mette à même d’accomplir avec le maximum d’efficacité leur tâche. En d’autres termes, c’est dire que la nation ayant besoin des enseignants et de leur travail, il en résulte qu’il faut donner à ces mêmes enseignants des moyens matériels adéquats pour un rendement qualitatif. Que le gouvernement et le parti aient le souci de s’opposer à des gonflements abusifs de salaires qui assureraient à certains des possibilités d’embourgeoisement, les coupant des masses, c’est là un objectif avec lequel nous sommes pleinement d’accord. La discussion ne saurait porter sur le principe lui-même, mais seulement sur ses modalités d’application. Il convient en effet que les salaires, tout en restant modérés et en harmonie avec les moyens du pays, soient suffisants pour permettre à l’enseignant de se consacrer tout entier à sa tâche. Précisons ici ce que nous entendons concrètement par l’expression : tout entier. »

Hélas, le mal rongeait depuis la proclamation de la souveraineté en 1958. Et le feu couvait sous la cendre depuis 1960 sous la forme d’embourgeoisement des ministres et haut-cadres. Au détriment de l’encadrement des élèves, étudiants et enseignants. Ce processus alarmant avait inspiré à Djibril Tamsir Niane un poème satirique, qui mit à nu l’ambiguité de la soit-disant révolution guinéenne.

Guinée 1962. Eudiante prenant notes (Source : Bernard Charles. Guinée)
Guinée 1962. Eudiante prenant notes (Source : Bernard Charles. Guinée)

Paru en octobre 1961 dans la rubrique Divertissements de Aramè. Bulletin bi-mensuel d’information et d’éducation. Section PDG-RDA de Conakry II, le billet subtilement moqueur et dénonciateur de Djibril T. Niane disait :

« Camarade, je ne comprend pas.
Moi, j’ai dit non.
Toi aussi.
Et le méchant colon est parti.
Liberté est venue à sa place
Escortée par Démocratie.
Responsabilité suivait d’un pas grave.
Moi, j’ai dit non.
Toi aussi.
Richesse est venue en cachette
Et dans ta gibecière s’est logée.
Près de moi resta Pauvreté.
S’accordant sur Dignité.
Et pourtant j’avais bien dit NON.
Toi aussi d’ailleurs. »

Sékou Touré se sentit visé. Depuis son élection à la mairie de Conakry (1956), sa désignation comme vice-président du Conseil de Gouvernement de la Loi-cadre (1957-58), lui et ses proches collaborateurs avaient déjà accumulé des fortunes personnelles (notamment foncières et immobilières)

Lire  Dictature et domaines fonciers

Et au lieu de dialoguer avec ses frères —qui ne voulaient que le bien du pays sous sa direction —, Sékou Touré réagit avec fureur et impulsivité. Il accusa le coup. Autocrate vindicatif, il frappa en maître absolu des lieux. Après les victimes tragiques du faux Complot Ibrahima Diallo en 1960, le PDG et son leader jettèrent l’élite de l’éducation dans le système carcéral naissant — mais qui s’élargira et causera la ruine de la Guinée.

Claude Rivière reçut-il une congratulation ou un récompense pour cet article aberrant et absurde ? Difficile, tardif et inutile à savoir. Dans l’article suivant je releverai d’autres passages aussi flagorneurs qu’inadéquats
A suivre.

Tierno S. Bah

Author: Tierno Siradiou Bah

Founder and publisher of webAfriqa, the African content portal, comprising: webAFriqa.net, webFuuta.net, webPulaaku,net, webMande.net, webCote.net, webForet.net, webGuinee.net, WikiGuinee.net, Campboiro.org, AfriXML.net, and webAmeriqa.com.