Category Archives: Apha Condé

Ebola Countries Get World Bank Financing

Washington, DC. April 17, 2015 — The World Bank Group (WBG) announced today that it would provide at least US$650 million during the next 12 to 18 months to help Guinea, Liberia and Sierra Leone recover from the devastating social and economic impact of the Ebola crisis and advance their longer-term development needs. The new WBG pledge brings the organization’s total financing for Ebola response and recovery efforts to date to US$1.62 billion.

The additional funding announcement comes as the WBG releases new GDP estimates showing that the Ebola epidemic continues to cripple the economies of Guinea, Liberia and Sierra Leone. Estimated GDP losses for the three countries in 2015 rose to US$2.2 billion: US$240 million for Liberia, US$535 million for Guinea and US$1.4 billion for Sierra Leone. In addition to the severe effects of Ebola, the economic downturn in the three countries is aggravated by the sharp decline in global iron ore prices, as well as the collapse of the mining sector in Sierra Leone, resulting in an unprecedented GDP contraction in that country estimated at 23.5 percent.

WBG President Jim Yong Kim announced the new funding from the International Development Association (IDA), the WBG’s fund for the poorest countries, at an Ebola summit during the WBG-IMF Spring Meetings. President Alpha Condé of Guinea, President Ellen Johnson Sirleaf of Liberia, and President Ernest Bai Koroma of Sierra Leone presented their Ebola recovery plans to global development leaders at the meeting.

The new funding is on top of the nearly US$1 billion that the WBG previously committed for the Ebola emergency response and early recovery efforts from IDA (US$518 million) and IFC (US$450 million), and also comes on top of US$2.17 billion in debt relief from the WBG (Guinea, US$1,098.5 million; Liberia, US$464.7 million; and Sierra Leone, US$ 506.8 million), which during 2015-17 will save the three countries about US$75 million annually in debt payments

In line with the countries’ recovery plans, the five priority areas for the additional IDA funds include:

  • strengthening health systems and frontline care
  • agriculture
  • education
  • cash transfers and other social protection programs
  • lifesaving infrastructure such as electricity, water, sanitation and roads

The funds also will be used to develop a regional disease surveillance system across West Africa that will help prevent or contain future pandemics.

“Even as we work relentlessly to get to zero new Ebola cases, the international community must help Guinea, Liberia and Sierra Leone jumpstart their recovery and build a safer, more prosperous and resilient future for their people,” said Jim Yong Kim, President of the World Bank Group.
“Many of us have acknowledged that the international community was slow to react to Ebola. Let’s show that we have learned this lesson by supporting an effective and sustainable recovery that also prepares these countries—and the rest of the world—for the next pandemic.”

Since the WBG issued its last economic update on January 20, 2015, important differences among the three countries are emerging.

  • The new report finds that Sierra Leone is now facing a severe recession with the potential for an unprecedented -23.5% growth rate in 2015, resulting from financial issues that led to the closure of iron ore mining.
  • Liberia is gradually returning to normalcy, with a projected GDP growth rate of 3% in 2015, higher than in 2014 though still well below pre-Ebola estimates of 6.8%.
  • Guinea’s economy continues to stagnate, with a projected growth of -0.2% for 2015 compared to pre-Ebola rate of 4.3%.

As a result, the WBG says additional international financing is urgently needed to help the three countries recover fully and reclaim the positive development and growth paths that prevailed before the Ebola epidemic struck West Africa. The pace of recovery in these countries will also depend on how effectively their recovery plans can be carried out.

According to the World Health Organization (WHO), in the week leading up to April 12, there were a total of 37 confirmed cases of Ebola, compared with 30 thie previous week. Case incidence in Guinea increased to 28, compared with 21 confirmed cases the previous week; Sierra Leone reported 9 confirmed cases, the same total as in the previous week; and Liberia reported no confirmed cases.

“The full recovery of Ebola-affected countries is only possible when the outbreak has ended and safeguards have been put in place to prevent re-introduction of the disease,” said UN Secretary-General Ban Ki-moon, who attended the World Bank Group Ebola summit. “Our energy must now focus on effective action to eliminate Ebola, the revival and strengthening of health systems, and ensuring the resilience of communities in the face of future threats: these are a precondition for sustainable and durable recovery.”

World Bank Group’s Response to Ebola Crisis

As of April 2015, the World Bank Group has mobilized US$1.62 billion to date in financing for Ebola response and recovery efforts to support the countries hardest hit by Ebola. This includes US$1.17 billion from IDA, the World Bank Group’s fund for the poorest countries and at least US$450 million from IFC, a member of the World Bank Group, to enable trade, investment and employment in Guinea, Liberia and Sierra Leone.

World Bank Group Press release

Dialogue impossible entre pouvoir et opposition

Washington, DC. 17 avril 2015. De gauche à droite, les présidents Bai Koroma (Sierra Leone), Ellen Johnson-Sirleaf (Liberia) et Alpha Condé (Guinée). Ce dernier a tenu des propos qui ont fait vivement réagir l'opposition guinéenne.
Washington, DC. 17 avril 2015. De gauche à droite, les présidents Bai Koroma (Sierra Leone), Ellen Johnson-Sirleaf (Liberia) et Alpha Condé (Guin��e). Ce dernier a tenu des propos qui ont fait vivement réagir l’opposition guinéenne. (AFP /Nicholas Kamm)

Au cours de la semaine, les autorités de la République de Guinée ont appelé à un dialogue avec l’opposition. Une possibilité de rapprochement fragile car, de source sûre, le pouvoir n’était pas prêt à accepter les préalables réclamés par l’opposition. Vendredi 17 avril, le gouvernement indiquait encore travailler à des propositions concrètes de dialogue qui prendraient en compte certaines préoccupations de l’opposition. Mais une déclaration du président Alpha Condé a remis de l’huile sur le feu et la perspective d’un dialogue entre pouvoir et opposition semble aujourd’hui réellement compromise.

Dans une intervention à la radio Voice of America, lors d’une visite à Washington, le président guinéen Alpha Condé a dit rester ouvert aux discussions.

« Je laisse les gens qui sont chargés du dialogue continuer le dialogue », a-t-il déclaré.

En revanche, le chef de l’Etat guinéen a affirmé qu’il était impossible d’organiser les élections locales avant 2016. Alpha Condé ajoute :

« La Céni [la Commission électorale nationale indépendante] a présenté un chronogramme que tout le monde a vu. Avec toute la meilleure volonté du monde, la Commission a démontré qu’on ne pouvait techniquement organiser les élections communales avant 2016. Le chronogramme est là. La Céni l’a présenté aux partis politiques et à la communauté internationale, et tout le monde voit l’incapacité. Même si on voulait organiser les élections municipales, ce ne serait pas possible avant 2016 ».

« L’élection principale, c’est quand même l’élection présidentielle, poursuit le président guinéen. Il y a une date impérative fixée par la Constitution. Au-delà de cette date, s’il n’y a pas une élection présidentielle, il n’y a plus de pouvoir. »

La date du scrutin, pierre d’achoppement avec l’opposition

Tenir le scrutin local avant la présidentielle, c’est l’une des principales revendications de l’opposition, qui en fait même un préalable au dialogue. Pour l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, principal parti d’opposition), le président Alpha Condé vient de fermer toutes les portes à la discussion. « Avec cette déclaration, il n’y a plus d’espoir », assure Fodé Fofana, vice-président du parti, qui précise :

« On se disait que le gouvernement était certainement dans la logique de reconsidérer sa position, notamment d’annuler ce chronogramme qui est à l’origine de cette crise profonde et de demander à la Céni de suspendre ces activités. Mais Alpha Condé affirme qu’il n’y a aucun moyen d’organiser les élections communales cette année. Nous, nous savons qu’on ne peut pas aller aux élections présidentielles sans l’organisation d’élections communales, donc la crise est profonde ».

« Il n’y aura pas de solution, surtout avec la déclaration d’Alpha Condé. Ça nous conforte dans l’idée qu’on ne peut rien attendre ni du dialogue, ni de ce gouvernement-là. La solution qui nous reste, c’est les différentes manifestations et c’est ce que nous allons faire. »

RFI / T.S. Bah

Lansana Kouyaté : les conditions du dialogue

Manifestations de l'opposition à Conakry
Manifestations de l’opposition à Conakry, 13 avril 2015

Les violences se sont poursuivies mardi 14 avril dans la capitale guinéenne où, la veille, les manifestations initiées par l’opposition ont tourné à l’affrontement. Le bilan officiel de ces deux journées fait état de 2 morts et une dizaine de blessés (au moins 30 blessés selon l’opposition dans la seule journée de lundi). L’opposition, qui a retiré mi-mars ses députés du Parlement, met la pression sur le pouvoir, pour dénoncer l’insécurité et protester contre l’inversion du calendrier électoral qui prévoit la présidentielle en octobre 2015 mais repousse les élections locales derrière la présidentielle. Pour les trois principaux leaders de l’opposition, le président Condé, élu en 2010, a perdu toute légitimité. Pour en parler, RFI reçoit l’un de ses leaders, Lansana Kouyaté, ancien Premier ministre, à la tête du PEDN (Parti de l’espoir pour le développement national) arrivé 4e à la présidentielle de 2010.

RFI : Après les manifestations de lundi, le porte-parole du gouvernement a accusé l’opposition de vouloir créer le désordre. Est-ce que vous ne craignez pas d’être tenu responsable d’un nouvel embrasement du pays ?

Lansana Kouyaté : Ce qui créera l’embrasement du pays, c’est les manquements répétés aux accords signés, l’insécurité qui est galopante, la violation de toutes les lois de la République y compris celle de la loi fondamentale, la Constitution.

Que répondez-vous aux responsables du régime qui vous accuse de vouloir provoquer un bain de sang pour finalement attirer l’attention de la communauté internationale ?

Pour éviter le bain de sang, il faut que les fusils ne soient pas utilisés. On a utilisé des armes à feu, tout le monde l’a constaté. Il y a eu un mort au moins, une trentaine de blessés et ce ne sont pas des militaires qui sont blessés, ce sont des manifestants. Il n’y a plus de droit de manifester dans un pays qui se veut démocratique.

Le ministère de la Sécurité et de la protection civile a formellement démenti l’usage d’armes à feu par la police ?

Pour le savoir, il suffit de demander aux hôpitaux et aux cliniques privées, les personnes blessées qui ont été reçues, si ce sont des blessures à balles réelles ou pas.

Le pays a été paralysé lundi, est-ce que ce n’est pas irresponsable dans une Guinée encore très affectée par l’épidémie d’Ebola, on sait déjà que la Banque mondiale envisage une possible récession dans le pays pour 2015 ?

On accuse Ebola, mais avant ça déjà, quel était l’état de l’économie ? Des entreprises avaient fermé. Fria avait été fermée, la seule usine qui produisait de la poudre d’alumine chez nous. Sans compter Guinomar qui était l’une des plus vieilles entreprises de Guinée, je peux continuer à satiété. Et tout cela, c’était avant Ebola.

Autrement dit, c’est un prétexte selon vous ?

Absolument. On utilise chaque occasion pour expliquer l’échec.

Après les manifestations lundi, le gouvernement a lancé un appel à la retenue et au dialogue, l’opposition répond par un nouvel appel à manifester. Est-ce que ça signifie que vous avez renoncé à toute possibilité de dialogue ?

Ce n’est pas le premier dialogue. En 2013, les accords étaient signés, on a travaillé d’arrache-pied et cet accord là, a été foulé au pied, aucun des points n’a été respecté. Alors on ne va pas continuer à signer et à renier, cela aboutit à des situations telles que celles d’aujourd’hui.

Et à quelles conditions seriez-vous prêts à reprendre un dialogue aujourd’hui ?

Premièrement, qu’il respecte la Constitution. C’est par exemple enlever les maires qui ne sont pas élus. Près de 28 des maires de Guinée aujourd’hui sont nommés par le président depuis qu’il est arrivé au pouvoir, qu’on a appelé délégation sociale, mais qui n’en sont plus parce que ce sont des délégations qui sont là depuis quatre ans. L’une des conditions c’est que ces maires d’abord soient démis parce qu’ils sont là de façon illégale.

Pour justifier ce report des élections locales, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a expliqué que l’administration n’avait pas encore fixé le nombre de conseillers et que pour le moment, aucun opérateur technique n’avait été désigné pour ce scrutin. Selon vous, ce ne sont pas des arguments valables pour justifier un report ?

Ce ne sont pas des arguments valables. De toutes les façons pour un président qui croît en la démocratie, quatre ans et demi sans élections communales alors que le mandat est totalement expiré, ça devrait être la priorité de son travail.

Donc vous doutez de la bonne foi du pouvoir avec ces arguments ?

Je n’en doute même pas. Je suis certain que le pouvoir l’a fait intentionnellement pour aller avec ces maires qui sont illégitimes à une élection, où ils serviront d’instruments de fraude et de vol.

Après l’annonce de ce nouveau calendrier électoral vous avez décidé, l’opposition, de ne plus reconnaître la Céni. Est-ce que vos représentants au sein de la Commission électorale sont partis ?

Je veux vous rappeler que la Céni était bel et bien en faveur de la tenue des élections communales. Le chef de l’Etat, comme il sait le faire, a fait injonction dans le travail de la Céni pour l’amener à changer d’avis. Le président met la Céni sous coupe, alors si on ne reconnaît pas la Commission, nos représentants doivent la quitter.

Vous voulez la présidentielle à la date prévue, mais aussi une recomposition de la Céni, l’organisation préalable des élections locales. Or tout ça, ça prend du temps, est-ce que ce n’est pas contradictoire finalement ?

On a toujours pesé sur le temps pour expliquer ce qui est anormal. Vous pensez qu’en cinq ans, on n’aurait pas pu organiser ces élections les unes après les autres ? Vous pensez qu’en cinq ans, on n’aurait pas pu avoir un fichier électoral totalement aseptisé ? Pourquoi en est-on là aujourd’hui ? C’est parce qu’en cinq ans, le président n’a pas voulu toucher à tout ça, pour attendre justement ce moment, créer ce blocage et dire allons aux élections avec des maires qui seront totalement à la merci du pouvoir.

Le président de la Céni estime qu’il faut environ un an pour organiser les élections locales. Est-ce que vous seriez prêt à accepter un report de la présidentielle pour permettre aux élections locales de se tenir avant ?

Nous avons déjà déclaré l’illégitimité du président, tout cela ne fera qu’augmenter encore cette illégitimité.

Et alors quelle solution pour une sortie de crise proposez-vous aujourd’hui ?

Que le président de la République mesure la gravité de la situation et qu’il dissolve le gouvernement et que tous les accords qui ont été signés, qu’il les applique. Il n’y pas 10 000 solutions, quand la justice a été blessée, il faut la soigner.

Florence Morice
RFI

Répression violente de manifestations à Conakry

Manifestants de l'opposition dans la rue, Conakry, 13 avril 2015
Manifestants de l’opposition dans la rue, Conakry, 13 avril 2015

Une répression  violente de manifestations de l’opposition par les forces de l’ordre se déroule à Conakry depuis lundi 13 avril 2015.

Selon l’opposition le bilan des heurts est lourd :

  • trois morts
  • 50 blessés
  • 100 interpellations.

Previous Image
Next Image

info heading

info content

L’insécurité et le changement du calendrier électoral ont mis le feu aux poudres dans ce pays fragilisé par l’épidémie d’Ebola. Explication.

Pourquoi des manifestations se tiennent-elles en Guinée ?

La Guinée retrouve un semblant de calme après deux jours d’affrontements violents entre l’opposition et les forces de l’ordre. Protestant contre l’insécurité dans le pays et le changement du calendrier électoral, lundi 13 avril, les manifestants ont essuyé des tirs à balles réelles de la part des forces de l’ordre, qui ont tué au moins une personne et blessé des dizaines d’autres.

Mardi 14 avril, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, ex-premier ministre et candidat malheureux au second tour de la présidentielle de 2010 face au chef de l’État Alpha Condé, a suspendu les manifestations jusqu’à lundi 20 avril.
Qu’est-ce qui a mis le feu aux poudres ?

Le point de départ est l’agression par des inconnus, le samedi 4 avril, d’Aboubacar Sylla, porte-parole de l’opposition guinéenne. Une agression jugée « farfelue et fausse » par le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, Amadou Damaro Camara. Ses propos ont provoqué une vive polémique entre les partisans de l’opposition et de la majorité.

À la suite de cette agression et des propos d’Amadou Damaro Camara, l’opposition a appelé lundi 13 avril à manifester dans toutes les communes de la capitale contre l’insécurité. Cette première manifestation devait être suivie, jeudi 16 avril, d’une autre contre le changement du calendrier électoral.

Quelle est la querelle du calendrier électoral ?

Alors que les élections locales devaient se tenir cette année avant la présidentielle fixée au 11 octobre 2015, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a décidé de les reporter à mars 2016, soit après la présidentielle.
Le président de la Céni, Bakary Fofana, a affirmé ne pas être en mesure d’organiser les élections locales cette année, arguant d’une part que l’administration n’a pas encore fixé le nombre de conseillers municipaux, et d’autre part qu’aucun opérateur technique n’a été désigné pour les municipales.

Pour l’opposition, la tenue des élections locales avant la présidentielle n’est pas négociable car en l’absence de scrutin local depuis 2005, les exécutifs communaux sont désignés par le pouvoir central. Or, juge-t-elle, ces agents sont à la solde du pouvoir. Une situation qui favorisera, selon elle, les fraudes en faveur du président sortant lors de la présidentielle.

Pourquoi la répression brutale de ces manifestations ?

Élu démocratiquement en 2010, Alpha Condé n’a pas su lutter efficacement contre la pauvreté alors que la Guinée est riche de ses ressources hydrographiques et minières (bauxite, or, diamant, fer, manganèse, zinc, cobalt, nickel, uranium). Des ressources mal exploitées et dont le bénéfice ne profite pas à une population de 11,7 millions d’habitants, comme en témoigne son classement en matière d’indice de développement humain du programme des Nations unies pour le développement (Pnud) : 179 sur 187 pays.

L’épidémie d’Ebola a encore plus fragilisé l’économie et la société guinéenne. Selon la Banque mondiale, en raison de l’épidémie, le taux de croissance est passé de + 4,5 % à + 0,5 %, et la Guinée serait en récession en 2015 (– 0,2 %). Le ressentiment de la population est important.

A cela s’ajoute le fait que depuis le succès de la révolution burkinabé, en octobre 2014, tous les présidents africains craignent d’être emportés par la contestation populaire. D’autant qu’en Guinée, l’opposition a toujours été très hostile au président actuel, organisant régulièrement des manifestations dans la rue.

« Les torts sont partagés, analyse le Guinéen Lanciné Camara, président de l’Union des journalistes africains. Depuis son élection, Alpha Condé aurait pu organiser ces élections locales. Mais d’autre part, les principaux leaders de l’opposition sont des caciques de l’ancien pouvoir qui ont détourné de l’argent à leur profit et qui veulent par tous les moyens occuper leurs anciennes places, jusqu’à manipuler les populations. »

La brutalité des forces de l’ordre, une habitude dans ce pays, prouve l’inquiétude du pouvoir central.

Laurent Larcher
La Croix / AFP

Diaporama par Tierno S. Bah

Donka, radioscopie d’un hôpital africain

Réalisé bien avant l’epidémie Ebola, ce film est plus d’actualité que jamais. Il met le doigt et fixe l’oeil sur la faillite du système de santé en Guinée post-coloniale. — T.S. Bah

Donka, un film documentaire de Thierry Michel (1996, 2013)

La vie au quotidien à l’hôpital Donka, le plus grand centre hospitalier  Conakry.
Durant 6 semaines, le réalisateur a suivi d’étage en étage, de service en service quelques malades et leur famille, des médecins, des infirmiers. Les portraits s’alternent dans une chronique de vie faite de tragique et d’espoir, où chacun essaie de s’en tirer “coûte que coûte”.
Dans cet hôpital du dernier recours, les familles espèrent sauver leur enfant, leur parent. Mais sans argent, pas de médicament, et peu de chance de survie.
Le film interroge l’état des structures hospitalières africaines et témoigne de la lutte de médecins décidés à relever le défi de la santé publique dans l’Afrique d’aujourd’hui.

Previous Image
Next Image

info heading

info content

Les Films de la Passerelle

Fondés en 1984, les Films de la Passerelle se sont rapidement orientés vers la création documentaire de films engagés dans des problématiques

  • sociales (univers carcéral, respect des droits du travailleur, sidérurgie, Gender)
  • humanitaires (intervention en Somalie, hôpitaux africains)
  • politiques (dictature au Zaire, en Iran).

Une volonté d’intervenir sur les consciences avec une réflexion permanente sur les rapports Nord/Sud :

  • Gosses de rue et favellas au Brésil
  • Colons au Zaïre (actuelle RDC)
  • musique reggae en Afrique de l’Ouest, etc …

Ses productions sont généralement financées par des partenaires européens.

En 1996, les Films de la Passerelle ont reçu le prix du meilleur producteur de l’Union Européenne pour la production du film “Donka, radioscopie d’un hôpital africain”.

La plupart de ces films ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals de renommée internationale et diffusés par les télévisions des cinq continents.

Convaincue de l’importance de la culture dans la recherche du développement humain durable et travaillant beaucoup en réseau, la société met également son expertise au service de cinéastes du Nord et du Sud, s’inscrivant ainsi dans une perspective de valorisation des cultures du monde.

En déclinant son action aussi sur le terrain de la formation professionnelle, de la distribution audiovisuelle, de l’édition (Livres et DVD) et de la circulation d’artistes, la structure souhaite participer aux nécessaires développements de l’économie culturelle et s’inscrire à long terme dans une politique de dialogue permanent des cultures.

Christine Pireaux, productrice, Les films de la passerelle
Christine Pireaux, productrice, Les films de la passerelle

Thierry Michel, cinéaste, Les films de la passerelle
Thierry Michel, cinéaste, Les films de la passerelle

Thierry Michel est un réalisateur Belge de cinéma. Il est essentiellement un cinéaste de documentaires politiques et sociaux. Basé  à Liège, il travaille en collaboration avec Christine Pireaux, productrice, dans le cadre des activités de la société cinématographique Les films de la passerelle.

 

Portail d'entrée de l'Hopital Donka, Conakry

L’hôpital Donka vu-par un cinéaste

Cette plongée dans le quotidien de l’Hôpital Donka, le plus grand hôpital de Guinée témoigne de la terrible contradiction existant entre le coût de la médecine occidentale et le niveau de vie africain. Les patients souffrent et meurent car leurs familles ne peuvent les prendre en charge financièrement.
Ce film documentaire de Thierry Michel retraçant la vie du plus grand CHU du pays  a été projeté hier 19 mars 2015 sur les écrans du cinéma “Mimo”, dans la commune de Matoto.

Cet hôpital construit sur le modèle européen en 1959, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance, manque aujourd’hui de matériel et de médicaments.
Afin de palier aux carences, les frais liés à une hospitalisation sont payables à l’entrée ; ils représentent entre un cinquième et un quart du revenu mensuel d’un Guinéen.
Les malades y arrivent donc seulement après avoir épuisé toutes les ressources de la médecine parallèle traditionnelle et il est bien souvent trop tard.

Dans ce documentaire, le réalisateur s’attache plus particulièrement à deux enfants en pédiatrie. Avec ses 350 lits et son statut de centre hospitalier universitaire, il a pu faire illusion tant que l’Etat a pu en assurer les salaires et les frais de fonctionnement.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui : l’hébergement et les soins sont payants, les familles des patients sont priées d’aller elles-mêmes acheter dans une pharmacie en ville les médicaments de leurs malades.

Tout le reste est à l’avenant : le centre de réanimation est complètement démuni, les patients ne sont pas nourris, participent aux travaux de nettoyage. Il y a certes eu des tentatives de rénovation avec la junte militaire de Moussa Dadis Camara.

Sur une civière de fortune, un homme gémit de douleur. Une longue plainte déchirée de quelques cris. Ramassé au marché, il a atterri aux urgences de l’hôpital Donka. A côté de lui, l’infirmière reste imperturbable :
— Nous attendons que la famille vienne pour payer les médicaments.
Arrivé à 17h00, l’homme meurt dans la nuit. D’une méningite. Ses proches ne se sont jamais présentés.

Planté à l’entrée de Conakry, capitale de la Guinée, l’hôpital public Donka, barré de ses longues coursives sans fin, est un immense bateau ivre régenté par un tyrannique commandant: l’argent.
Envasé dans un profond déficit, l’établissement a fait le choix d’assurer sa mission de santé publique en rendant les soins payants.  Dès les portes de l’établissement, où se bouscule une foule repoussée par une grille infranchissable, le seul sésame est l’acquittement du prix de la consultation.
Du premier au cinquième étage, au hasard des 350 lits, la caméra filme les mêmes visages mangés par l’inquiétude. Douleur de voir sa fille rattrapée par la mort.
Le médecin chef conseille au père d’aller « à la grande mosquée demander l’aumône ».

Le réalisateur a résolu la question à sa façon. En emportant, dans les véhicules de l’équipe, compresses, seringues, antibiotiques.
— Tout ce qui pouvait permettre de soulager les malades que nous filmions.
Les médicaments sont­ distribués sous l’autorité d’une conseillère médicale présente durant le tournage, mais aussi une fois la caméra rangée. De cette démarche volontariste, Thierry Michel assume les risques:
« Trahir une vérité dont nous ne sommes pas les témoins passifs. »

Aly Badara Condé
Guinée360.com